choisir une catégorie →

GÉNÉRAL

Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

59-Écorce de bouleau, sur un toit de maison

Question :

Bonjour Michel,

Je suis nouveau fan de votre site et je dois vous avouer que j'ai passé de longues heures à lire les récits autant des maisons que vous avez  démonté que restaurés. J'en ai appris beaucoup sur les techniques utilisé à l'époque mais voici qu'une obsevation noté lors de l'inspection d'une maison que nous sommes en train d'acquérir à New Richmond me laisse perplex. Entre les planches de toit nous pouvons apercevoir de l'écorce de bouleau qui semble avoir été apposé avant le bardeaux de cèdre. Est-ce une pratique que vous avez déjà observé? La maison date de 1867 et aurait été bâtie par une famille d'origine anglaise. Elle n'a malheureusement pas gardé beaucoup de ses particularité ancestrales au cours des rénovations récentes de l'intérieur mais assurément qu'au cours des prochainnes annés nous pourrons rémédier tranquillement à lla situation. Je vous remerci grandement pour votre site internet, une véitable mine d'or.

Au plaisir de savoir ce que vous pensez de cette couche d'écorce de bouleau,

N. S.

Réponse :

Bonjour, oui j'ai vu ça souvent dans ma vie de récupérateur de maison, l'utilisation de l'écorce de bouleaux. Soit apposé sur le toit comme votre maison de New Richmond, ou soit apposé sur les murs de pièce sur pièce, vous allez en voir un exemple sur mon site sur le dossier de la maison Blais, segment-1, photos 15-16-17.

C'est un peu comme l'utilisation aujourd'hui dans la construction, de membrane goudronnée ou au polymère. Dans le temps y'avait pas de quincailleries pour s'en procurer, donc on allait tout simplement vers la nature ... c'est très imperméable l'écorce ... pensez aux canots d'écorce

merci

 

Qui est en ligne?

Nous avons 30 invités et 2 inscrits en ligne

07-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés