choisir une catégorie →

GÉNÉRAL

Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

70-La maison du Patriote-Joseph-Robert.

 



Communiqué


La maison du Patriote-Joseph-Robert

La Société d’histoire et de patrimoine de Lignery a mandaté Marc Lefebvre et Plume Lacisseraye afin de reconstituer la chaîne de titres de la maison du Patriote-Joseph-Robert, à Saint-Mathieu, et d’en dater la construction.


Lors de la Rébellion de 1838, à La Tortue, une troupe de Frères Chasseurs, commandée par Joseph Robert, participa à la prise de la maison de David Vitty. Arrêté, puis condamné à la peine capitale pour le meurtre d’Aaron Walker comme certains membres de sa troupe, Joseph Robert fut pendu au Pied-au-Courant, à Montréal, en janvier 1839.


Joseph Robert construira sa maison sur un lot concédé en 1762 à François Colvice dit Prêt-à-boire. Bien que cette terre appartienne à la seigneurie de La Salle – elle-même concédée 12 ans plus tôt –et malgré qu’elle soit bien loin de la limite seigneuriale du Sault-Saint-Louis, c’est la Compagnie de Jésus, la seigneuresse du Sault-Saint-Louis, qui la concède !


Devenu propriétaire, Joseph Roy y réalise les premiers défrichements, puis, en 1776, il vend ce lot à son beau-frère Jacques Robert. À titre de paiement de sa part dans la succession de sa mère, Jacques Robert donne à son fils Joseph Robert la moitié sud de cette terre. Cette cession de 1804 comprend aussi un solage en pierre maçonné de 24 pieds par 26 et tout le bois nécessaire pour construire une maison de pièces sur pièces, prêt à assembler et déjà rendu sur la terre.


Après la Rébellion de 1838, les immeubles des 70 personnes trouvées coupable de haute trahison – les 12 pendus à Montréal et les 58 exilés en Australie – sont saisis et le gouvernement tente de les vendre aux enchères. Concernant Joseph Robert, il n’y a pas eu vente de ses biens immobiliers en avril 1840 à cause de l’opposition de Marguerite Baby, la seigneuresse de La Salle, et de sa veuve Josephte Lanctôt.


Vingt ans après la mort de Joseph Robert, un inventaire de la communauté de biens entre lui et sa veuve est dressé. La terre obtenue en 1804 et sa maison sont des biens appartenant en propre à Joseph Robert. De plus, ce document de 1859 nous apprend qu’il a procédé à d’importants travaux d’amélioration sur la maison pendant son mariage. Ensuite la terre et sa maison passent de Josephte Lanctôt à ses descendants : de son fils Théophile Robert à son arrière-arrière-arrière-petit-fils Émile Robert.


En conclusion, les dimensions de la maison possédée par Émile Robert correspondent au solage qui existait en 1804. Les documents de 1804 et de 1859 montrent que Joseph Robert a probablement complétée la construction de sa maison en 1804 et assurément avant de se marier en 1806. Quand il sera démontré que la maison d’Émile Robert possède une structure en pièces sur pièces, on pourra affirmer que la maison du Patriote-Joseph-Robert s’inscrit dans le paysage de Saint-Mathieu depuis quelque 206 ans.


Cette chaîne de titres a été commanditée par la MRC de Roussillon et par François Rebello, député de La Prairie.

Détenteur d’une maîtrise en urbanisme et l’Université de Montréal, Marc Lefebvre fait de la recherche historique depuis plus de 30 ans. Auteur de six livres, dont Très-Saint-Sacrement 1885-2010, Si ma campagne m’était contée/The Story of our roots, il a aussi publié de nombreux articles sur l’histoire de l’urbanisme et des institutions locales du Sud-Ouest.

Marc Lefebvre, M.Urb.
Châteauguay
450.691.2213
 
P.S.: Une analyse architecturale vient de démontrer que la structure de la maison du Patriote-Joseph-Robert est constituée de pièces sur pièces assemblées à demi-bois et corrobore les résultats de la recherche historique que Marc Lefebvre et Plume Lacisseraye ont réalisé sur cette maison ancienne de Saint-Mathieu.

La recherche historique en bâtiments anciens :
une offre de services
Produit :
La réalisation d’études afin d'établir l'histoire, la chaîne de titres et la date de construction de bâtiments anciens situés en Montérégie, à Montréal ou à Laval.
Chaîne de titres :
Les actes à rechercher incluent notamment tous les documents notariés permettant d'établir la succession des droits de propriété d'un immeuble.
Marchés de construction :
La recherche du devis, du contrat et de la quittance pour les spécialités de la maçonnerie et de la charpenterie/menuiserie permet notamment de dater un bâtiment.



Vous pouvez voir le résultat de semblables études dans le cas de la maison Donald-Ban-Finlayson (1844), à Saint-Urbain-Premier :
Marc Lefebvre (1995) « La maison Donald-Ban-Finlayson à St-Urbain Premier, 150 années de vie familiale ». Journal de la Société historique de la Vallée de la Châteauguay. volume 28, pages 21-36,
disponible à la Bibliothèque municipale de Châteauguay, à la Bibliothèque Armand-Frappier (Salaberry-de-Valleyfield), à la Grande Bibliothèque (Montréal) ou à l'Université Laval (Québec).
En élargissant les études à la cartographie et aux photographies anciennes, la réalisation d'une telle recherche permet d'évaluer le risque de contamination d'un terrain industriel.


Marc Lefebvre, M.Urb.
Châteauguay
450.691.2213

Qui est en ligne?

Nous avons 21 invités et aucun membre en ligne

07-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés