Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------Martel-Béliveau (segment-4), le rez-de-chaussée de la première maison.

Segment-1, 1979, acquisition de la "ruine" de la maison Bergeron.
Segment-2, 1984, début de la restauration de la maison Bergeron ; l'implantation de l'âme de la maison.
Segment-3, isolation du toit, et différentes photos extérieures de la maison Bergeron dans les années 1990.
Segment-4, une vue d'ensemble intérieure et extérieure de la maison Bergeron, photos de 2006 à 2009.
Segment-5, une vue de la finition de l'étage de la maison Bergeron.
Segment-6a, 1996, acquisition et récupération de notre deuxième maison, la maison Prince.
Segment-6b, 1996, suite de la récupération de la maison prince.
Segment-6, travaux de 2003, début du projet de remonter une deuxième maison (la maison Prince), accolée à la maison Bergeron.
Segment-7, travaux de 2004, remontage structurel de base de la maison Prince.
Segment-8, travaux 2006, isolation des murs et finition temporaire de la maison Prince, pour utilisation immédiate.
Segment-9, travaux de joints de ciment entre les pièces de mur de la maison Prince.
Segment-10, travaux 2009-2010, finition au rez-de-chaussée de la maison Prince.
Segment-11a, travaux 2012-2013, finition d'une chambre de la maison Prince.
Segment-11b, travaux 2012-2013, finition d'un plancher et début de finition extérieure de la maison Prince.
Segment-12, travaux 2014, finition extérieure de la maison Prince, recouvrement de murs en planches verticales.
Segment-13, travaux 2015, fin de finition extérieure de la maison Prince, et explication sur la planche rejet d'eau.
Segment-14, travaux 2016, une petite chambre "en cabane" au grenier de la maison Prince.


Les prochaines photos que vous allez voir dans le segment-4 de ce dossier, viennent de 2006 à 2009.

Je vous invite donc, à faire le tour du propriétaire.

Bienvenue chez nous !

alt

photo-43

 

alt

photo-44

La cheminée de pierre, a repris sa place d'origine au centre de la maison. La toiture est en tôle conventionnelle pré-peinte. Mes budgets ne me permettais pas la tôle à la canadienne ou la tôle à baguettes.

Je n'ai pas opter non plus pour un recouvrement en bardeaux de cèdre, malgré que c'était la solution la plus approprié pour représenter l'époque d'origine de cette maison. La raison de ne pas utiliser le bardeau de bois est fort simple, à cause du haut potentiel de danger de mettre le feu à la toiture.

Le pire fléau qui a toujours subsister au 17-18 et 19 ième siècle, a été le feu qui ravageait des maisons entières, des centre-ville entiers ... Le feu débutait très souvent par l'enflammement de ces tavaillons (bardeaux) de bois qui deviennent très secs sur le toit. Le conseil souverain de la Nouvelle-France du début des années 1700 entre autre, a émis des avis formels au pays, d'interdiction de recouvrir les toitures en bardeaux de bois, surtout en milieu urbain.

Je suis d'accord pour remettre une toiture en bardeaux de cèdre, lorsque les grosses cheminées de pierres et les âtres intérieurs ne sont plus en activité de feu de bois, ou lorsque les propriétaires ne font qu'un petit feu occasionnel pour s'amuser l'hiver.

Mais en ce qui regarde notre maison, nous utilisons beaucoup l'âtre de la cheminée en période hivernal, pour le chauffage et le plaisir du feu ouvert. Ce chauffage est également combiné avec un combustion lente à la cave, qui est la principale source de chauffage de notre maison. Donc je n'ai pas pris de chance, et je ne regrette pas ma décision, lorsque pendant certains gros feux dans l'âtre, on voit l'hiver sortir par la cheminée dehors, quelques gros tisons qui sont rejetés dans l'air en viennent mourir sur le toit.
L'âtre de notre maison n'est pas un "fake" elle est opérationnelle régulièrement, on l'utilise à plein.  Donc pas de chance à prendre avec ça, j'ai choisi la tôle.


 

alt

 photo-45

 

alt

photo-46

 

alt

photo-47

Les fenêtres à 24 carreaux, sont des reproductions des fenêtres d'origine de la maison. Deux battants des vieilles fenêtres ont été retrouvé dans le grenier, ces reproductions sont des copies conformes.

J'ai  vitré ces fenêtres, avec des petits carreaux de verre de 6.5 x 7.5 pouces, découpés dans de vielles vitres qui déforment, (vitres à bulles). La quincaillerie des fenêtres provient de vielles quincailleries récupérées ça et là pendant des années.

Les portes respectent la grandeur originale des ouvertures, ce sont aussi des reproductions. La quincaillerie des portes a été forgé à la main par un grand forgeron d'art, Francais de nationalité, qui  habitait Blainville, décédé à ce jour, monsieur Marcel Ménage.

Les fenêtres proviennent de l'atelier des Frères Roses, de  St-Félix de Valois.

 

alt

photo-48

Les deux portes d'entrée de la maison, aboutissent toutes les deux à l'intérieur,
dans la grande pièce commune de la maison.

 

alt

photo-49

L'âtre de la cheminée de pierre, trône au milieu de la grande pièce commune comme il y a 200 ans. Cette grande pièce commune est le centre névralgique de la maison, tout comme elle l'était jadis.

alt

photo-50

Les murs en pièce sur pièce, sont sur les pièces apparentes à l'intérieur de la maison, et le revêtement blanc des murs, respecte l'apparence originale du blanchiement au lait de chaux.

 alt

photo-51

Une porte a été taillé dans le mur Est de la maison "Bergeron", pour communiquer avec la deuxième maison (non complété), que nous avons mis en chantier en 2005. Nous verrons des détails de ce chantier familial, au segment-6.
 

alt

photo-52

 alt

 photo-53

 

 

alt

photo-54

 

 

alt

photo-55

Les plafonds de larges madriers de pin, sont peints de la même couleur jaune-ocre qu'à l'origine de la maison.

Il ne faut pas avoir peur d'utiliser la couleur dans la restauration d'une maison ancestrale, surtout lorsque certaines couleurs anciennes sont détectées lors du curetage.

L'image populaire, de l'intérieur d'une vieille maison, entièrement décapé et remis sur le bois à vif, est souvent une vision biaisé contemporaine de la réalité d'antan. Les anciens coloraient beaucoup leur intérieur pour tuer la monotonie du bois naturel, éclairer l'intérieur des maisons, et mettre de la couleur dans leur univers.

Je vous invite à lire les FAQS suivantes sur mon site :

Coloration ancienne, sur planchers et boiseries

Coloration de bois à l'ancienne


  alt

 photo-56

La deuxième moitié de la maison, à l'arrière de l'âtre de pierre, est occupé par 2 pièces en enfilade, une cuisine "laboratoire" restreinte et la salle d'eau.


alt
  photo-57


Sur les photos-57,58, la cuisinette laboratoire se veut simple petite et fonctionnelle pour la préparation de repas. Les repas se prennent dans la grande pièce commune.

Les éléments modernes disgracieux dans une vielle maison remise en valeur, (frigidaire, poêle, lave vaisselle etc ), sont cachés dans cette cuisinette, ils ne sont  pas visibles en entrant dans la maison par la grande pièce commune. Il faut vraiment entrer dans cette cuisinette pour les appercevoir.



alt
  photo-58



alt

photo-59

 alt
photo-60





alt

photo-61

 

alt

photo-62


alt
photo-63

Des photos de Maryse en spectacle, accrochées au mur . Maryse est une excellente chanteuse, qui a tout comme moi, étudié en musique et gagner la presque totalité de sa vie, par son travail de musicienne professionnelle.



alt
Photo-64




alt
photo-65

Empruntons l'escalier de meunier, et allons voir ce qui se passe "sous les combles" de la maison, au segment-5 de ce dossier.

 

altphoto-66

Sous les combles ...

Qui est en ligne?

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

11-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés