Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------Couture (segment 13) remontage : Isolation et finition du toit

Segment-1
Segment-2
Segment-3
Segment-4  (curetage intérieur)
Segment-5  (fin du curetage intérieur)
Segment-6  (curetage extérieur)
Segment-7  (fin du curetage extérieur)
Segment-8  (démontage final)
Segment-9  (remontage : fondations et plancher de départ)
Segment-10  (remontage : érection du carré des murs)
Segment-11  (remontage : charpente de toit + planches d'origine toit et pignons)
Segment-12  (remontage : Ossature pour isolation, maçonnerie, lavage)
Segment-13  (remontage : Isolation et finition de la toiture)
Segment-14  (finition extérieure et charpente de toit de la maison de pierre).
Segment-15  (installation du plancher de madriers et finition intérieure).


Ce segment-13, montre le procédé de pulvérisation de l'isolation, et de la création d'une toiture légère en épaisseur, avec petits débordements à la Française. C'est une technique personnelle que j'ai appliqué sur cette maison.

 

Sur les prochaines photos 1 à 8, l'isolation à l'uréthane est appliqué dans l'ossature.

alt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo-1


alt
Photo-2


alt
Photo-3


alt
Photo-4


alt
Photo-5

On remarquera sur les photos 3-4-5, que les 2x4 qui descendent du toit, noyés dans l'uréthane, NE DÉPASSENT PAS le carré de la maison, contrairement à ce que font normalement les entrepreneurs, pour faire un débordement de toit.

Vous verrez la raison pour laquelle j'ai menuisé cette partie d'ossature ainsi, un peu plus loin sur cette page.

 

alt
Photo-6


alt
Photo-7


 

alt
Photo-8

Les 2x4 installés sur le champs sur le toit, ne sont pas complètement remplis d'uréthane, dans le but de laisser un espace d'air qui circulera sous le revêtement de contreplaqué qui est appliqué sur ces 2x4 ( photo-9.)




alt
Photo-9

Sur photo-9, ce contreplaqué de 5/8 d'épaisseur, appliqué sur les 2x4, servira à recevoir le revêtement de tôle.

Ce contreplaqué déborde la toiture, comme première étape pour créer des débordements de toit, que l'on voudra ici TRÈS MINCES et à la FRANÇAISE.

On voit souvent des rénovations de toit de vielles maison, exécutées par des entrepreneurs conventionnels, qui façonnent les débordements de toit trop épais avec de larges facia blanc sous le recouvrement de tôle ou de bardeaux de cèdre. Cette façon de faire emprunté de la construction moderne, n'est pas toujours approprié sur une vieille maison. Ces débordements de toit grossiers, alourdissent le toit et transforment le caractère architectural ancien du bâtiment.

La légèreté d'un maison à deux versants de toit comme celle-ci, tient à son épaisseur de toit comme apparence finale. Plus le toit est épais, plus l'ensemble de la maison s'alourdit.

 

alt
Photo-9A

Sur photo-9A, étant donné que ce débordement de contreplaqué du toit, servira comme première étape de construction de ces 'avants couvertures' des versants de toit avant-arrière et des murs pignon, le contreplaqué sera installé dans son "sens fort".

Un contreplaqué est fort dans le sens de sa longueur, il est faible dans le sens de sa largeur. Ici nous avons des feuilles de contreplaqué de 8 pieds de long.

Les débordements de toit des versants avant-arrière, sont de contreplaqués coupés en 4x4 pieds installés à la verticale. Les débordements de toit des murs pignons sont de contreplaqués standard de 8 pieds de long installés à l'horizontal sur le restant du toit. Remarquez les écritures noires sur les contreplaqués des photos-9A et 9B, vous allez comprendre les sens des feuilles.

Les débordements de toit des versants avant-arrière dépassent les murs de la  maison d'environ 7 pouces. Les débordements de toit des murs pignon dépassent les murs de la  maison d'environ 4 pouces. C'est très Français comme approche.

 

alt
Photo-9B




alt
Photo-10
Sur la photo 10, les débordements de toit des versants avant-arrière, sont composé en première étape par les contrepalqués qui débordent sur le sens Fort de la feuille. Ce débordement de contreplaqué recoit en dessous, une planche d'apparence finale en cèdre. Cette planche est vissé par en dessus du contreplaqué et ne va pas jusqu'au mur de la maison, pour laisser un espace d'entrée d'air SOUS le contreplaqué.




alt
Photo-11
Sur photo 11, il en va de même pour le débordements de toit des murs pignons, de petits bouts de planches de cèdre sont collées-vissées sous le contreplaqué pour l'apparence finale.

Ces planchettes, donneront l'impression, d'un toit de tôle construit sur planches.





alt
Photo-12



alt
Photo-13


Photos 13-14-15, de petits coyaux fixés sur les lattes du haut des murs, supportent le débordement de toit mince de près de 1.5 pouces d'épaisseur, pour ne pas qu'il crochisse ou arondisse à la longue.




alt
Photo-14
Sur photo-14, l'espace noire que l'on voit entre les coyaux, représente l'entrée d'air pour la ventilation du toit.
Cet espace sera camouflé subtilement lors de la finition des murs en planches verticales.





alt
Photo-15



alt
Photo-16
Sur photo-16, je montre le résultat très léger d'un débordement de toit mince, solide et très approprié pour l'apparence général du bâtiment. Lorsque la tôle et le facia de tôle seront installés, on ne verra plus l'épaisseur de contreplaqué.

Vous remarquerez ça sur les prochaines photos-27-28-29-30.





alt
Photo-17



alt
Photo-20



alt
Photo-21
L'ensemble du toit est maintenant prêt pour recevoir la tôle. Les murs de la maison sont de nouveau,  emballés sous un polythène épais, pour protéger l'isolant des rigueurs de l'hiver.

Nous sommes présentement sur ces photos, en milieu novembre, la finition des murs en bois, est reporté au printemps.

 

alt
Photo-22



alt
Photo-23



alt
Photo-24
Une membrane "sous-tôle" est appliqué sur le contreplaqué par les installateur de la tôle. Membrane très résistante qui a pour but d'éviter le contact de la tôle avec l'humidité du bois selon ces experts. Membrane très résistante aux déchirures.

 

alt
Photo-25



alt
Photo-26

 


 

Et voici le recouvrement de tôle complété. Admirez la FINESSE de l'épaisseur de ce toit. Toit très léger et qui présente un petit débordement de toit menuisé en apparence, comme si les planches d'origine du toit de la maison qu'on voit de l'intérieur débordaient vers l'extérieur. Apparence de comme c'était fait dans l'temps.

Technique de débordements de toit léger réussie, le tout sera davantage mis en valeur  lorsque la finition des murs sera complété au printemps.

L'épaisseur que nous avons ajouté au toit, provoquée par l'ossature et l'isolation par l'extérieur de ce toit, sera "triché" et camouflé, par le recouvrement futur des murs, qui viendra s'appuyer SOUS ces débordements de toit.

 

alt
Photo-27

 

alt
Photo-28

 

alt
Photo-29

 

alt
Photo-30

 

alt
Photo-31

La sortie d'air de ventilation du toit sous le contreplaqué de la tôle, se fait au faîte, par ce faîte de métal dit : "ventilé".

 

Ces débordements de toit dont je parle dans cette page, portent différents noms sur la construction. Certains appellent ça des FRISES de toit, des AVANTS-COUVERTURES de toit, des LARMIERS de toit, des BORDURES de toit, des AVANTS toit, etc.

On parle de la même chose avec ces différentes appellations.

 


 

Pour finir d'éclairer votre lanterne, sur ce que je vous ai décrit dans cette page de la maison Couture, je vous montre des exemples de certaines finition extérieurres, qui vont apparaître prochainement sur la maison Couture.

 

Voici un exemple (photo-A) de la construction d'un fourni du 18ième siècle (fidèle reconstitution d'époque), que j'ai créer et construit il y a quelques années dans la région de Québec.


alt
Photo-A

 

alt
Photo-B

 

alt
Photo-B

Les photos-B illustrent la toiture de la photo-A, de mince apparence Française, avec débordement de toit supporté par des petits coyaux. (comme ce que j'ai réalisé sur la maison Couture). La planche verticale de finition vient s'appuyer entre les coyaux, sur la planche de débordement de toit du bâtiment.

Cette construction unique, étant une fidèle reproduction d'un passé de 250 ans, ne possède pas d'isolation. C'est la raison pour laquelle il n'y a pas de prises d'air d'aération sous le débordement de toit.

 

alt

Photo-C

Voici sur les photos-C et D, un autre débordement de toit Français (toit recouvert de bardeaux de cèdre), avec ventilation du toit crée comme sur la maison Couture.

On remarque de quelle façon les prises d'air pour la ventilation du toit, sont subtiliement camouflées par cette planche perforée de faible largeur, installée entre le débordement de toit et le recouvrement de planches verticales.

C'est un peu de cette façon que je vais réaliser la finition des prises d'air, sous les débordements de toit de la maison Couture.

 

alt

Qui est en ligne?

Nous avons 70 invités et aucun membre en ligne

01-150x150-0323.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés