Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

DOSSIER-45 : MAISON DESHAIES, de St-Wenceslas, (segment-1)

 

Segment-1, récupération de la maison en 2010.

Segment-2, les matériaux récupérés.

Segment-3, le remontage structurel de la maison.



Grande maison de pièce sur pièce, de madriers sciés de 4 pouces d'épaisseur, maison d'une grandeur de 26 x 30 pieds. Beau carré de maison très sain. J'ai personnellement supervisé, numéroté et démonté cette maison en 2010 pour un client qui a aupréalable, effectué lui-même le curetage et de la maison sous mes conseils.

Carré de maison provenant du dernier quart du 19ième siècle (1860-1890 approx.)

Les matériaux récupérés comprennent : l'escalier (qui est présentement, avec plusieurs heures de travail, entièrement décapée), les 2 planchers du rez-de-chaussée et de l'étage, le carré des 4 murs en pièce sur pièce de madriers sciés et la charpente de toit écarrie à la hache

 

Pour voir les matériaux de la maison en détails, voir le segment-2 de ce dossier.

 


 




 

Cette maison a été récupéré en 2010.

J'ai personnelement vu aux prises de mesures, au numérotage et au démontage complet de la maison.

Vous pouvez être assuré que tout a été fait dans les règles de l'art. Des plans de numérotage et autres documentations photographique et technique, accompagnent le dossier de la maison.

 

 

Cette maison du dernier quart du 19ième siècle, nous est parvenue aujourd'hui, après avoir présenter 2 "apparences de vie" depuis sa construction d'origine.


La première apparence de la maison, présentait des solives de plafond du rez-de-chaussée, plus basse qu'actuellement. Je vais vous montrer au travers les photos  de ce segment-1, les indices qui prouvent cette affirmation.

La maison avait une charpente de toit, dont la base des chevrons s'appuyaient directement sur la sablière. Probablement que la forme du toit était à galbe Québécois, comme d'autres maisons de son environnement.

 

 

La deuxième apparence de la maison, est celle de la récupération de la maison que je vous présente dans cette page.


Cette deuxième apparence se caractérise par un rehaussement, dans les murs de le maison, des solives de plafond du rez-de-chaussée. Ce rehaussement était destiné à donner de la hauteur de plafond.

Suite à cet intervention, (qui soit dit en passant était une façon de faire très populaire au tournant du 20 ième siècle), en est résulté également un rehaussement des murs à l'étage, par l'ajout d'une deuxième sablière par dessus la première d'origine.

Pour installer cette 2ième sablière, on a du enlever automatiquement la charpente de toit ainsi que son pontage de planches d'origine (planches recouvertes probablement de bardeaux de cèdre).

Par la suite on a crée une nouvelle charpente de toit, en installant les fermes de toit avec une technique "d'influence anglaise". En faisant excéder la base des chevrons hors des murs. Cette base de chevrons est accompagné de blochets qui sont appuyés à l'horizontale sur la sablière, avec une petite jambe de force qui arqueboute le chevron et le blochet.
Dans cette nouvelle charpente de toit, on a également assemblés les entraits plus haut sur les chevrons, pour accommoder ègalement des chambres à plafonds hauts à l'étage.

 

 

Pour le remontage futur de la maison, il y a deux alternatives :
1- soit conservé l'architecture actuelle de la maison.
2- soit redonner l'architecture première de la maison, en replaçant les solives de plafond à leur endroit d'origine, en éliminant une rangée de sablières, et en recréant une charpente de toit assise sur les sablières d'origine, avec toit galbé la Québécoise ou à pente pentue à la Française.

 

Voyons les photos.

 

 


 

 

 

Photo-1

Récupération de l'ancienne escalier, elle est présentement entièrement décapé, voir segment-2.

 

 

 

 

Photo-2

On remarque sur photo-2, le rehaussement des plafonds, par le rehaussement des solives. Remarquez à

 droite de la cheminée, le poteau de mur près de la porte, on voit un bloc de soulèvement sous la solive.

 

 

 

 

Photo-3

 Photo-3, à l'étage on remarque la hauteur des plafonds de chambres, rehaussés. Cette planche de plafond, clouée à clous rond, n'a pas été récupéré.

 

On remarque le beau plancher de madriers, entièrement récupéré.

 

 

 

 

Photo-4

 

 

 

 

 

Photo-5

Photo-5, le dessous du plancher de l'étage qui est le plafond du rez-de-chaussée, n'a jamais été peint, ainsi que les solives de plafond.

Tout est d'un beau brun ancien patiné par le temps.

 

Texture rare belle et impressionnante. (Voir aussi sur les prochaines photos 21 à 25 et en détail au segment-2.)

 

 

 

 

Photo-6

On voit encore sur cette photo-6, les blocs de soulèvement des solives.

 

 

 

 

Photo-7

Sur photo-7, curetage des murs à l'extérieur.

 

Dans le haut du mur pignon de la photo, le plus récent recouvrement de murs de la maison en déclins de plastique.

 

Plus bas dans le pignon, à côté des lattes verticales, un recouvrement antérieur en déclins de bois.

 

Sous ce déclin de bois, un recouvrement de planche verticale bouvetées, qui a déjà été peint ou chaulé en blanc, puis laisser longtemps sans entretiens pour devenir gris planches de grange.
Ce déclin était cloué à clous ronds, il provient de la deuxième apparence architecturale de la maison.

Il n'a pas été récupéré par l'ancien propriétaire-cureteur.

 

 

 


 

 

 

 

 

Photo-8

 

Et voici sur photos-8 et 9, le beau carré de pièce sur pièce, composé de grossses pièces de pruche, sciées à 4 pouces d'épaisseur, et en excellent état de conservation.

  

 

On voit ici le mur façade actuelle de la maison remodelée à sa deuxième apparence. Mais je remarque (par l'interprétation des assemblages des pièces de mur), qu'il n'y avait pas, à l'origine de la construction ce carré de maison, de fenêtre à la droite de la porte.

Celle-ci a été taillé dans le mur, lorsqu'on a décider de rendre ce mur en façade sur le chemin public.

Est-ce qu'autrefois, le rang de campagne passait de l'autre côté de la maison ?? possible, ça se voit encore ce phénomène dans plusieurs régions rurales de la province. Il est aussi possible que la maison ait été déplacée, elle n'est peut être plus sur son fondation d'origine.

 

Voir aussi la photo suivante #28, qui nous montre le mur actuel arrière de la maison, qui était autrefois le mur façade.

 

 

 

 

 

Photo-9

 

Également sur photo-9, sur le mur pignon droit, une fenêtre a été agrandie ; facilement réparable pour lui redonner son volume d'origine.

 

 

 

Photo-10

Sur les photos-10-11-12, on remarque la base des chevrons de chaque ferme de toit, dont je décris la modification dans le haut de cette page :

 

...  on a crée une nouvelle charpente de toit, en installant les fermes de toit avec une technique "d'influence anglaise". En faisant excéder la base des chevrons hors des murs. Cette base de chevrons est accompagné de blochets qui sont appuyés à l'horizontale sur la sablière, avec une petite jambe de force qui arqueboute le chevron et le blochet.
Dans cette nouvelle charpente de toit, on a également assemblés les entraits plus haut sur les chevrons, pour accommoder ègalement des chambres à plafonds hauts à l'étage.

 

 

 

 

Photo-11

 

 

 

 

 

Photo-12

Sur cette photo-12, on voit aisément la double sablière :

... un rehaussement des murs à l'étage, par l'ajout d'une deuxième sablière, par dessus la première d'origine.

et la base de 2 fermes de toit, composée de :

 ... chevrons hors des murs. Cette base de chevrons est accompagné de blochets qui sont appuyés à l'horizontale sur la sablière, avec une petite jambe de force qui arqueboute le chevron et le blochet.

 

 

 

Photo-13

 

 

 

 

 

Photo-14

Photo-14, une vue du plancher de madriers, jamais peint, splendide.

 

 

 

 

Photo-15

Début du démontage final de la structure de base de la maison.

 

 

 

 

Photo-16

Sur photo-16-17, on voit des fermes de toit, qui arrivent doucement par terre pour le démontage.

 

 

 

 

Photo-17

 

 

 

 

 

Photo-18

Sur photo-18, on voit en stockage sur la remorque de van, les sablières du haut des murs.

 

Contrairement à l'habitude, au lieu d'être au nombre de 4 sablières, ici elles sont au nombre de  8, puisque qu'on a ajouté une rangée supplémentaires de ces grosses poutres.

 

 

 

 

 

Photo-19

Démontage du plancher de madriers de l'étage.

 

 

 

 

Photo-20

 

 

 

 

 

Photo-21

On remarque encore ici, le brun patiné du dessous du plancher de l'étage, et des solives de plafond. Ainsi que le rehaussement de celles-ci dans les murs.

 

 

 

 

Photo-22

 

 

 

 

 

Photo-23

 

 

 

 

 

Photo-24

On remarque ici sur photo-24, que sur le mur droit, on a percer ultérieurement au milieu du mur, une autre plus petite ouverture de fenêtre pour petite chambre de bain ultérieure.

 

Ce petit imprévu architectural de l'histoire de la maison peut se camoufler aisément lors de la planification du futur remontage.

 

 

 

 

Photo-25

 

 

 

 

 

Photo-26

Maurice, maître manoeuvre de la machinerie.

 

 

 

 

Photo-27

Photo-27, c'est au tour des solives patinées brunes, de se faire démonter.

 

On remarque une encoche de faite sur une des faces de la solive centrale. Pour laisser passer probalement une des cheminée de brique qu'à reçu la maison au cours de son histoire.

 

 

 

 

Photo-28

On voit sur cette photo-28, le mur arrière de la maison, qui était autrefois le mur façade.

 

Cette constatation vient de l'observation de l'assemblage des pièce de murs, qui cernent les trois trous d'ouvertures actuels : (2 fenêtres et une porte, positionnées symétriques sur le mur).

Ils sont d'origine de la construction de la maison.

 

 

 

 

Photo-29

 

 

 

 

 

Photo-30

Par la main de Francis appuyée sur une des pièces de mur, on peut voir le gigantisme de ces larges pièces de pruches, qui constituent le jeux de pièce sur pièce des murs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 74 invités et aucun membre en ligne

10-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés