Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------Tousignant (segment-5), remontage

Segment-1, récupération, curetages.
Segment-2, suite récupération, curetages.
Segment-3, récupération, étape du démontage final.
Segment-4, début du remontage structurel (au domaine du manoir de Charleville), nouvelle charpente de toit.
Segment-5, suite du remontage structurel, lavage des matériaux.
Segment-6, un aperçu du splendide emplacement historique du manoir Charleville.
Segment-7, pontage du toit avec sa planche d'origine, ossature pour l'isolation, finition extérieure.
Segment-8, suite de la finition extérieure, pontage des planchers en madriers anciens, et aperçu de l'intérieur.
Segment-9, soir de pleine lune sur le domaine du Manoir Charleville, avec la petite maison Tousignant.







Continuons la visite du chantier de remontage de la maison Tousignant sur le domaine seigneurial du manoir de Charleville.



 

Nous verrons dans ce segment-5 :

 

 

 

Le nettoyage des matériaux.


L'érection de la nouvelle charpente de toit sur le bâtiment.


Et les travaux du remontage de la structure de base de la maison, complétés.

 

 


 

 Le nettoyage des matériaux.

 

 

 

 Photo-59

 Nous avons vu au segment-4, que la charpente de toit a été modifié, pour rendre la maison avec une allure plus Française.

 

Une fois les travaux de charpenterie complétés, la charpente sera démontée en partie, et toutes ses parties constituantes seront nettoyées avec le dégraisseur Technikem, avec rinçage au boyau d'arosage.

 

 Sur cette photo-59, Louis lave un morceau d'une des croix de St-André de la charpente. On peut remarquer les entailles effectuées par la charpentier, tenons et mi-bois.

 

 

 Photo-60

 L'application du dégraisseur sur le pièces de bois, fait "toute la job" à lui seul. Un léger frottement à la brosse à plancher vient "finir la Job".

 

L'utilisation de cet excellent dégraisseur, évite de frotter à outrance les pièces de bois, et ainsi conserver le maximum de patine ancienne du bois, sans le rendre trop "peluche" par le frottement.

 

En final, un simple rinçage au boyau d'arosage conventionnel, vient enlever la broue et la crasse.

 

 

 

 

 Photo-61 

 

 

 

 

 

 Photo-62 

 

 

 

 

 

 Photo-63 

 

 

 

 

 

 Photo-64 

 

 En même temps que le lavage de la charpente de toit, les planches de toit, de pignons, et de murs extérieurs, récupérées lors du démontage de la maison Tousignant (voir segments1-2-3), sont également nettoyées au dégraisseur.

 

Sur cette photo-64, les planches qui ont été décloutées et prêtes pour le nettoyage.

 

 

 

 Photo-65

 

 

 

 

 

 Photo-66 

  Sur photo-66, la planche que le jeune apprenti au chandail blanc, tient dans ses mains, a été aspergée de dégraisseur et légèrement frotter à la brosse à plancher.

 

On voit la broue sale sur la planche.

 

Par la suite elle sera rincée au boyau d'arosage, pour être séchée en appui sur la grange. Le dégraisseur Technikem est biodégradable, pas de problèmes avec l'environnement à rincer le tout sur le sol.

 

 

 

 

 Photo-67 

 Sur photo-67, à gauche planches nettoyées, à droite planches à nettoyer.

 

 

 

 

 Photo-68 

 On me voit sur la photo-68, aspergeant une planche à nettoyer, avec le dégraisseur disposé dans un pulvérisateur à jardin.

 

Les matériaux sont nettoyés, on est prêt à les installer sur la maison, le charpentier va lâcher le pulvérisateur pour reprendre son ciseau à bois.

 

 

 



 

 

L'érection de la nouvelle charpente de toit sur le bâtiment.

 

 

 Photo-31

La nouvelle charpente de toit, a été démonté par sections. Nous sommes prêts à l'érection de cette charpente sur la maison, avec l'aide d'une machinerie de levage. 

 

 

 

 Photo-32

Louis, méchant bon menuisier ... il s'est avéré un excellent apprenti en charpenterie traditionnelle, pour m'accompagner dans cette tâche.

 

 

 

 

 Photo-33

Sur photo-33, on commence par asseoir les 4 sablières sur le haut des murs. Ces 4 poutres majeures, vont ceinturer le haut des murs et solidifier l'emsemble du carré de pièces.

 

La charpente de toit, va venir par la suite s'asseoir sur ces sablières.

 

 

 

 

 Photo-34

Les 3 principales fermes de toit, sont demeurées assemblés dans leur triangulation de base.

 

Elles sont ainsi, amenées sur la carré de la maison, d'un bloc, par l'appareil de levage.

 

 

 

 

 Photo-35

 

 

 

 

 

 Photo-36

La jambe blanche de Louis, qui va passer à l'histoire ... 

 

 

 

 

 Photo-37

 

 

 

 

 

 Photo-38

 

Sur cette photo-38, le pignon Est du manoir de pierre, nous regarde avec ses 2 yeux historiques.

Imaginez, ce mur pignon de pierre, qui date du dernier quart des année 1600, et qui en 2012, regarde le remontage d'une maison de 1850 approx. On a l'impression de jouer avec le temps ...

 

 

 

 

 

 Photo-39

Sur photo 39-40-41, la panne faîtière, va venir s'assembler dans les 3 mortaises, qui ont été taillées sur le dessus des 3 poinçons de la charpente.

 

On voit sur la photo-41, cette pièce de bois installées à sa place, au faîte de l'oeuvre.

 

 

 

 

 

 Photo-40

 

 

 

 

 

 Photo-41

 

 

 

 

 

 Photo-42

Sur photo-42, les croix de St-André, sont réassembleés tenons-mortaises, entre la panne faîtière et les sous-faîtes. Moment historique.

 

 

 

 

 Photo-43

 

 

 

 

 

 Photo-44

Pour finaliser l'assemblage, on le "cheville" à clous de bois franc.

 

 

 

 

 Photo-45

 

 

 

 

 

 Photo-46

 

Et voilà, l'assemblage de la nouvelle charpente de toit est complété.

 

Les pièces de bois, constituantes de cette charpente, sont patinées blondes par le lavage et le soleil de juillet qui plombe.

 

 

 

 

 

 

 Photo-47

 

 

 

 

 

 Photo-48

À la gauche de cette photo-48, on l'empanon du pignon Ouest qui va donner de la croupe à ce versant de toit de pignon.

 

 

 

 

 Photo-49

 

 

 

 

 

 Photo-50

 

 

 

 

 

 Photo-51

 Cette charpente de toit, d'une solidité Française comme il se doit, devrait être encore debout dans 200 ans. Je ne crois pas que je serai encore là, pour retourner la revoir ... peut être ma descendance.

 



 

 

 Les travaux du remontage de la structure de base de la maison, complétés.

 

 

 

 Photo-52

 

 De la belle visite sur le chantier. Ma conjointe, et ma fille qui porte fièrement notre première petite fille.
Nous sommes tomber, Maryse et moi, grand-parents en septembre 2012.

 

 

 

 Photo-53

 

 

 

 

 

 Photo-54

 

 

 

 

 

 Photo-55

 

 La maison est maintenant coiffée, de sa charpente de toit en croupe dans les pignons.

 

 

 

 Photo-56

 

 

 

 

 

 Photo-57

Sur photo-57, un murêt de pierre en premier plan, cache les fondations de béton de la piscine. La même pierre qui a été utilisé pour maçonner la base de la maison Tousignant.

Lorsque le terrassement va être complété, ce murêt va presque disparaître dans la verdure d'aménagement.

 

Rien n'a été laisser au hasard par Jean et Esther, propriétaires des lieux, pour garder l'ambiance générale de ce domaine historique.

 

 

 

 

 Photo-58

La petite maison Tousignant, est sortie d'un fond de rang, pour venir s'épanouir sur la côte de Beaupré, face à l'Île d'Orléans qui s'impose en arrière plan de cette photo-58.

 

Sur cette photo, on remarque la légère croupe qui a été donné aux deux versants de toit pignons, pour intégrer l'architecture de la petite maison, avec celle du manoir qui possède un toit à pavillons.

 

 

 

Allons jeter un oeil rapide, à ce domaine du manoir de Charleville, sur le prochain segment-6 de ce dossier.

 

 

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 27 invités et un membre en ligne

14-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés