Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------Carignan (segment-12), finition extérieure + installation des planchers de madriers.

Segment-1, vue d'ensemble au début de la récupération, début des travaux de curetage intérieurs
Segment-2, curetage extérrieur et fin du curetage de l'étage
Segment-3, fin du curetage du rez de chaussée
Segment-4, fin du curetage extérieur
Segment-5, démontage final de la maison
Segment-6, début du remontage à St-Mâlo
Segment-7, carré de pièces et charpente de toit
Segment-8, réinstallation de la planche d'origine sur toit et pignons
Segment-9, l'ossature pour l'isolation
Segment-10, suite de l'ossature, les coyaux, l'isolation
Segment-11, préparation du toit pour son revêtement de tôle pincée
Segment-12, finition extérieure + installation des planchers de madriers
Segment-13, Installation des planchers au Rez-de-Chaussée.
Segment-14-A, Finition de la maison, huilage des planchers.
Segment-14-B, Finition de la maison, huilage des planchers, finition extérieure.

 

 

 

Dans ce segment-11, nous aurons un oeil examinatif sur :

 

 

  • La finition extérieure.

 

  • Le début de l'installation des planchers de madriers.

 

 

 

  • Photo 209

     

    Ces premières photos-209 à 223,  prises en décembre 2012, nous montrent les travaux de finition des murs à l'extérieur complétés. Il ne reste que quelques détails de galeries et patio à construire et l'installation de la porte en façade. Cette porte sera installée plus tard, pour ne pas la briser avec l'entrée de matériaux dans la maison, pour compléter l'intérieur qui est encore en plein chantier.

     

    On se rappellera que le remontage de la maison Carignan, a débuté en août 2012. (Segment-6). IL y a eu beaucoup de travaux d'accomplis depuis ce temps.

    La raison de la vitesse d'exécution de ce chantier, pour arriver en décembre avec l'extérieur de la maison complété à 97%, c'est qu'une équipe de menuisier, de Lessard construction de Sherbrooke, n'ont pas lâchés depuis aout. Plus il y a de travailleurs sur un chantier, plus cher ça coûte sur le moment, mais plus vite ça évolue dans le temps, c'est la logique même ...

     

     

     

     

    Photo 210

     

     

     

     

     

    Photo 211

     

    Le revêtement des murs de la maison, est composé de planches verticales embouvetées, produit de Maybec. Les planches ont été installé de pleine longueur sur les murs, pour ne pas créer de joints dans une ligne de planche.

    Les coins de murs, les contours des fenêtres (photo-215-216 entre autres), et les profilages de découpe du mur pignon en son centre et l'enjolivement du dessous des débordements de toit (photo-217-219 entre autres), sont constitués de planches plus épaisses, blanches.

     

     

    Cette apparence de la maison, se veut un rappel historique, du premier recouvrement des murs de la maison à son origine, en planches verticales chaulées. Si on revient au segment-4 de ce dossier, on voit ce recouvrement que j'ai mis à jour, lors du curetage extérieur des murs de la maison.

    Voici une de ces photos, qui nous montre le recouvrement d'origine des murs extérieurs de la maison :

    alt 

    Photo-90, du segment-4 de ce dossier.

     

     

     

     

     

     

    Photo 212

     

    Voici quelques vues, du magnifique recouvrement de la toiture en tôle pincée comme au 19ième siècle,

    ferblantée par un spécialiste dans ce domaine : Jean-François Éthier. Vous verrez ses coordonnées dans les Faq.

     

     Le faîte de ce recouvrement (dans le haut du toit), est "un faîte ventilé", qui aère la chambre d'air que j'ai préconisé, située par dessus l'isolation du toit, conçue lors de la fabrication de l'ossature pour l'isolation sur ce toit.

     

     

    Photo 213

     

     

     

     

     

     

    Photo 214

     

     

     

     

     

     

    Photo 215

     

     

     

     

     

     

    Photo 216

     

     

     

     

     

     

    Photo 217

     

    Le beau galbe "Québéçois" de ce toit, est surtout mis en valeur, à cause de la "minceur" du toit.

    (Voir commentaire suivant...)

     

     

     

     

    Photo 218

     

    J'ai montrer en photos commentées au segment-11 de ce dossier, la technique employer sur cette maison,  pour créer des débordements de toit MINCES, qui rendent la toiture très légère et traditionnellement de bonne épaisseur.



    On peut remarquer plus aisément le résultat de cette toiture d'apparence mince, légère et féminine, sur ces photos-217-218 et 219.

     

    On a l'impression que le toit "flotte" sur la maison au lieu de l'écraser.


    Je vous invite à consulter entre autre, les dossiers de la maison Couture et de la maison Gauthier, pour prendre connaissance de mes explications sur ce sujet. 

     

     

     

     

    Photo 219

     

     

     

     

     

     

    Photo 220

    Sur photo-220, l'entrée de cave a été menuisée de façon traditionnelle, avec deux panneaux qui ouvrent. Ce type d'entrée de cave, se veut plus discrète que de construire une cabane accolée à la maison, et dans ce cas-ci, telle cabane aurait abouti en plein dans la fenêtre de chambre de bain, située sur ce mur pignon.

     

    Le terrain n'est pas encore renchaussé complètement autour de la maison. À la finition du terrassement, on ne verra plus la fondation grise à ras de terre, et la partie de la fondation recouverte d'une membrane d'étanchéité blanche, va être maçonnée avec de la pierre plate, pour récréer l'impression de l'ancien solage de pierre, typique de ces vieilles maisons.

     

    Après ce renchaussement final des fondations, la maison va également être plus près du sol, comme à l'ancienne.

     

     

     

     

     

    Photo 221

     

     

     

     

     

     

    Photo 222

     

    On remarque encore ici sur photo-222, la légèreté du toit, grâce à son épaisseur plus traditionnelle.

     

     

     

     

    Photo 223

     

     

     

     

     

     



     

     

     

    Le début de l'installation des planchers de madriers.

 

 Certaines photos qui suivent, sont de couleur jaunâtre, ne représentant pas les couleurs réelles de l'endroit. Ceci est dû à l'éclairage de lumière au mercure. Je n'ai pas bien programmé mon appareil photographique à la "chaleur" de ce type d'éclairage de chantier.

  • Photo 224

     

    Et nous voici revenu à l'intérieur de la maison. Sur cette photo 224, c'est le début de l'installation des madriers de plancher à l'étage.

     

    Après avoir été nettoyés au dégraisseur et rincés à l'eau à pression cet été, les madriers ont été entreposés (cagés) sur la plancher "chauffant" de la cave, pour qu'ils "descendent" en humidité.

     

    Les madriers sont présentement descendus à un taux d'humidité dans le bois entre 7 et 9 degré. (on vérifie ce taux avec un hygromètre de qualité). Ils sont donc prêts à être installés.


    Des madriers de plancher, avec un trop haut taux d'humidité, ne font pas une belle job lors de l'installation, parce que lorsque qu'ils vont sécher pendant le chauffage de la maison l'hiver, ils vont "retirer" entre eux, créant des gros espaces entre les madriers.

     

    Sur cette photo-224, on remarque Sébastien Lessard (de Lessard construction), qui selon mes recommendations, donne un léger sablage en surface sur les madriers, avec une ponceuse orbitale, Ce type d'outil, contourne les usures naturelles des vieux madriers, évitant ainsi un sablage industriel agressif, qui dénature les vieux planchers. Les madriers étant numérotés, cette usure de plancher va coïncider d'une madrier à l'autre, lors de la ré-installation.

     


 

 

 

Photo 225

 

 

 

 

 

Photo 226

 

 

 

 

 

Photo 227

 

La réinstallation des madriers à l'étage commence.

 

 

 

Photo 228

 

 

 

 

 

Photo 229

 

 

 

 

 

Photo 230

 

 

 

 

 

 

Photo 231

 

Sur ces photos-231 et 232, une poutre d'acier en H (H-beam), a été installé sur le sens longitudinal de la maison, transversalement sous 3 solives de plafond. Ce soutien, aidera à enlever de " la swing " aux longues solives de plafond qui sont pleine largeur de la maison, et qui seront apparentes dans une grande pièce au rez-de-chaussé, en même temps qu'à l'étage se trouvera également une grande pièce.

 

Cette façon de soutenir les solives, enlève le besoin de mettre des poteaux sous le centre solives. Sans ce soutien, les solives auraient " swinger " lorsqu'on aurait marcher à l'étage à cet endroit, et à la longue elles auraient légèrement courbées vers le bas.

 

Le H-beam de métal, est plus rigide qu'une poutre de bois de même grosseur. Ce soutien métallique sera "capé", habillé de planches de pin plus tard, pour donner l'impresssion d'une poutre de bois. On peut voir le même système de soutien des solives, sur le dossier du "3 rue de la gare", en segment-3, photo 56.

 

 

 

 

Photo 232

 

 

 

 

 

 

Photo 233

 

Sur photo 233, le plancher avance à l'étage. À gauche de la photo, des panneaux de "tentest" brun sont déposés, sur la partie de plancher qui a été installé, pour ne pas les "maganés" avec l'outillage par terre.

 

 

 

Photo 234

 

 

 

 

 

Photo 235

 

 

 Voilà l'ensemble du plancher de complété, en 4 jours à 4 travailleurs. C'est long faire un bel assemblage de plancher.

 

 

 

 

Photo 236

 

Tout en examinant le plancher, jetons un oeil au toit cathédrale du grenier, superbe.

 

Le tuyau de cheminée "préfab.", va être dissimulé dans une future division de salle de bain, qui va monter jusqu'au faîte du toit.

 

 

 

 

Photo 237

 

Comme je l'ai déjà illustré sur le site, entre autre dans les dossier des maisons Couture et Martel, les joints entre les travées de madriers, sont assemblés à l'ancienne. C'est à dire, pas toujours en lignes droites.

 

 

 

Photo 238

 

 

 

 

 

Photo 239

 

 

 

 

 

Photo 240

 

 

 

 

 

 

Photo 241

 

 

 

 

 

Photo 242

L'ajout de clous carrés, viennent  complétés la finition de l'installation des madriers, cloués dans certains trous en surface des madriers, qui ont été occasionés par des vis à bois de 4 pouces, vissées à l'impact, et en diagonale. (C'est une de mes techniques de camouflage, une de mes signatures ...)

 

 

 

 

 

Photo 243

 

 

 Et maintenant sur photos- 243-244, c'est le début de l'installation du plancher du rez-de-chaussée.

 

Ici, vu que l'on a sous les pieds, un plancher de contreplaqué de départ, les madriers doivent obligatoirement s'installer, sur lattes de 3/8 " vissées au plancher.

 

 

 

Photo 244

 

 

 à suivre, aux prochains segments ....

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 76 invités et aucun membre en ligne

13-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés