Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------3 rue de la gare, (segment-6). Suite de l'aménagement intérieur du bâtiment.

Segment-1
Segment-2
Segment-3
Segment-4
Segment-5
Segment-6
Segment-7


 

 

La rallonge arrière du bâtiment historique, est une construction neuve.

Par contre comme nous l'avons vu au segment-5 précédent, sa finition extérieure ne dénature pas la maison patrimoniale située en devanture, elle en fait corps.



Nous allons jeter un oeil à la finition intérieure de cette rallonge arrière, qui emprunte sur la nomenclature des décors anciens de maisons bourgeoises urbaines, avec une touche de modernisme dans l'entité générale.




Puis à la fin de ce segment, quelques clichés de la remise en valeur de l'étage de la maison ancestrale, en bureau d'affaire très original.




 




 


Commençons par regarder la finition de l'étage de la rallonge arrière.

 

 

 

 

 

 Photo-43

 

 Voici en photo-43, cette rallonge neuve à l'arrière du bâtiment patrominiale en façade.

Le rez-de-chaussé de cette partie de bâtiment, désert les besoins d'expositions publiques qui auront lieu sur ce premier plancher.

 

Nous visiterons dans les photos, l'étage supérieur de cette partie du bâtiment.

 

 

 

 

 

 Photo-44

 

En photos-44-45-46, l'étage se présentera en toit cathédrale, vaste et très éclairé.

 

Comme c'est un bâtiment commercial, les murs sont recouverts d'un gypse commercial coupe feu, qui englobe les sprinklers anti-feu.

 

Comme consultant dans la finition de cet espace, j'ai suggéré des bas murs en panneaux soulevés, des hauts de murs en planches installées à la verticale, boudinées, et l'ensemble mouluré.

 

On voit sur les murs des dessins de mes suggestions d'interventions.

 

 

 

 

 

 Photo-45

 

 

 

 

 

 

 Photo-46

On voir sur cette photo-46, sur le mur derrière l'échafaud, mes dessins sur le murs représentants : la planche verticale dans le haut des murs, et les panneaux soulevés dans le bas.

 

 

Voyons sur les prochaines photos, ce qu'à donner dans le réel, ces idées dessinées en plans sur les murs.

 

 

 

 

 

 

 Photo-47

Sur photo-47, ce coin cuisine, est ce qui est advenu, d'après la photo des murs de gypse ci-haut #44.

On remarque les murs de planches verticales, les bas murs en panneaux soulevés, les armoires et comptoir menuisés et colorés à l'ancienne.

 

 

 

 

 

 

 Photo-48

 

 

 

 

 

 

 Photo-49

 

 

 

 

 

 

 Photo-50

 

Les planches verticales sur les murs, sont de largeurs différentes. Planches de pin de 3/4 de pouces d'épaisseur, enbouvetées et boudinées à l'ancienne dans les joints.

 

 

 

 

 Photo-51

 

 

 

 

 

 

 Photo-52

 

 

 

 

 

 

 Photo-53

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-54

 

On peut voir sur ces photos, l'assemblages des panneaux soulevés qui ornent les bas des murs.

Toute la mouluration provient d'échantillons d'anciennes moulures que je conserve en inventaire. Après un choix, elles ont été façonnées en atelier par Bertrand Hébert.


Les panneaux soulevés proviennent également des ateliers de Bertrand.

 

Une coloration à l'ancienne, avec usures, a été appliquer sur les boiseries et les planches de murs.

 

 

 

 

 

 

 Photo-55

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-56

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-57

 

 

 On remarque la coloration à l'ancienne sur les planches de murs.

 

 

 

 

 

 Photo-58

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-59

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-60

 

 Les plafonds de ce toit cathédral, sont recouverts de planchettes de frêne, qui ont été récupérées dans un ancien couvent de religieuse.

 

Les différentes teintes de ces planchettes, qui apparaissent encore sur l'ancien verni, donne au plafond cet aspect unique.

 

 

 

 

 Photo-61

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-62

 Photo-62, moi et ma conjointe Maryse, un peu "pompette" ... dans un souper de Noël sur place ... faut ben fêter ça !

 

 

 

 

 

 

 Photo-63

 

 Une grosse moulure monumentale, orne 3 murs de cette grande pièce. On voit cette moulure sur les photos 63 à 67.

 

Cette moulure de type "gorge de plafond" (o-gee), est la reproduction d'un échantillon ancien de cette moulure, que j'ai récupéré en 1982, lors de la malheureuse démolition du manoir Dumontier, en plein coeur du village de Yamachiche.

Ce manoir était richement décoré, il est très malheureux que les élus municipaux de ce temps là, aient abandonnés aux mains des démolisseurs, ce joyau de leur patrimoine. On lieu de conserver ce trèsor local, ils ont préféré installer un petit parc municipal, avec quelques bancs, sur le coin de la rue qu'occupait autrefois le manoir ... on a dormi "sur la switch" à ce moment là au conseil municipal. Dommage pour les générations à venir, au lieu de leur donner cet exceptionnel manoir, ils vont hériter de 2 bancs de parc qui pourissent sous un arbre ....

 

 

 

 

 Photo-64

 

Bertrand Hébert a fait fabriquer les couteaux pour façonner cet exceptionnelle gorge de plafond, et il l'a produit dans son atelier.

Cette moulure est taillée d'un trait dans un madrier de pin, ce n'est pas un collage de différentes moulures superposées.

 

 

 

 

 

 Photo-65

 

 

 

 

 

 

 Photo-66

 

 

 

 

 

 

 

Photo-67

On peut mieux voir sur cette photo-67, le profil de la gorge de plafond.

 

 

 

 

 

 

Photo-68

Sur cette photo-68, on peut encore admirer les panneaux soulevés du bas des murs.

 

Les portes que vous voyez ici, sont des portes de métal, coupe-feu standard pour bâtiments commerciaux. Après une recherche, on a trouver sur le marché de telles portes approuvées par la code du bâtiment pour du commercial, qui se présentaient en imitations de portes à panneaux, avec vitre anti-feu, anti-explosion.

Par la suite un peintre coloriste, a peint un "faux-fini" sur les portes, qui donnent une impression de portes en bois de noyer.

 

La mouluration des portes est similaires à celle des fenêtres. Avec toujours cette coloration usée à l'ancienne.

 

 

 

 

 

 

 Photo-69

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-70

 

 Une splendide armoire de merisier, façonnée en atelier par Bertrand Hébert, cache dans sa partie du haut, un gros écran de télévision au DEL, accoché au mur.

Belle intervention pour cacher cet élément moderne.

 

 

 

 

 



 

 

 

 Et maintenant, allons voir ce que nous réserve, la finition de l'étage dans le vieux bâtiment patrimoniale du 3 de la gare.

Cet espace comme je l'ai mentionné plus haut, est destiné à devenir le bureau d'affaire, de la direction de ce joyau du patrimoine de Victoriaville.

 

 

 

 alt
Photo-21 du segment-1

Retournons en arrière au segment-1, et regardons de nouveau cette photo-21.

C'était au tout début des travaux, le curetage de la brique extérieure du bâtiment est complété, et le bâtiment est "jacker" dans les airs, pour recevoir une nouvelle fondation.

 

Dans les prochaines photos, nous allons voir la finition intérieure, des 2 derniers étages de la maison, ceux que l'on voir sur cette photo-21, avec des fenêtres blanches dans les murs pignons.

Ces 2 étages ont été rassemblés en une immense pièce en cathédrale sur l'ancienne charpente de toit.

 

 

 

 

alt

Photo-33 du segment-5

Cette photo-33 du segment-5, nous montre cet étage à l'état brut, avant les travaux de finition. 

 

 

 

 

 Photo-71, (qui est l'équivalent de la photo-33 précédente).

 

 

 

Et maintenant voici le résultat ...

 

Laissons parler les photos.

 

 

 

 

 Photo-72

 

 Les murs en pièce sur pièce, que l'on voit au fond de cette photo-72, ont retrouvés leur apparence d'origine de blanchiement usé.


Les longues solives qui traversent l'espace et qui soutenaient autrefois le plancher du grenier, servent maintenant à soutenir les luminaires.

 

La cheminée de briques sur tablette, a été recréer dans l'espace grenier.

 

 

 

 

 

 Photo-73

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-74

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-75

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-76

 

 

 

 

 

Photo-77

 

Cette photo-77, nous montre la coloration blanc cassé et usé à l'ancienne, qui a été appliqué sur le carré de madriers en pièce sur pièce, de chaque côté de la fenêtre.

 

La mouluration de l'embrasure vient d'être complété sur cette fenêtre, en pin neuf, ce bois de pin va être par la suite colorée de circonstance à l'ancienne, pour faire corps avec les tons de colorations choisis dans l'ensemble des embrasures d'ouvertures du bâtiment.

 

Qui est en ligne?

Nous avons 25 invités et aucun membre en ligne

06-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés