Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

----------Thibault-Soulard, (segment-5-b), Travaux extérieurs

Segment-1, constats historiques et vue d'ensemble de la maison à sa récupération.
Segment-2, début du document d'expertise de la maison.
Segment-3, suite du document d'expertise de la maison.
Segment-4, fin du document d'expertise de la maison.
Segment-5-a, Lavage intérieur.
Segment-5-b, Travaux extérieurs.
Segment-5-c, Travaux extérieurs et coloration.

Segment-6, photos de la restauration complétée, à l'intérieur (photos de février 2014)
Segment-7, photos de la restauration complétée, à l'extérieur (photos de mars 2014).

 

 


Pour mieux comprendre mes commentaires, dans les segments (5-a-b-c, 6, et 7), il est préférable de connaître l'histoire de l'évolution architectural de la maison, sur ses 200 ans d'existance.

 

La description de cette évolution, est illustrée et commentée dans les segments (2, 3 et 4).

Ce document d'expertise que j'ai élaboré lors de mes examens du bâtiment s'intitule :

 

L'HISTORIQUE ARCHITECTURAL DE LA MAISON THIBAULT-SOULARD.

 



 

 

 Photo-1

 On se souviendra de cette photo du mur pignon Ouest de la maison, que j'ai partiellement cureté pour fins d'examens en 2012, avant le début des travaux de restauration.

 

Voici un court résumé de mes constatations historiques sur l'extérieur du bâtiment :


(+/- 1810).
La maison est demeurée
apparente sur le pièce sur pièce "à vif" pendant environ 10 ans, à l'origine de sa construction d'établissement. Situation probable de gens non fortunés. Ça se remarque par le pièce sur pièce "grisonné" par les intempéries et le soleil. D'après mpon expérience, cette intensité de gris nordet sur les pièces de bois s'atteint sur environ 10 ans.

Les versants de toit étaient pentus à l'origine, très "influence du régime Français".

(+/- 1820).
Par la suite, on a recouvert les murs
de pièce sur pièce, avec de la planche à la verticale, planches blanchies à la chaux, clouées à clous forgés.

Application d'un bardeau de cèdre sur les planches des pignons, bardeau blanchi ègalement, clous forgés.

Ajout de légers coyaux similaires sur les 2versants de toit, comme celui du versant arrière présentement sur la photo-1.

 

(+/- 1860-1880).
Rallongement de la maison vers l'est et soulèvement du carré de la maison avec une sole supplémentaire, application d'un déclin sur les murs de planches verticales, clous carrés. Le larmier du versant façade reçoit une coyau plus prononcé et très allongé, construction des lucarnes, nouvelles fenêtres à 6 carreaux. (Nous sommes dans l'étape de la transformation de la maison

 

(Lire le document d'expertise des segments-2-3-4.)

 

 

 Photo-2

  En façade sur photo-2, recouvrement d'un papier-brique en façade. (+/- 1940)

 

C'est de cette apparence que la maison a été récupérée en 2009, pour un projet de sauvegarde et de remise en valeur, par la ville de St-Augustin.

 

 

 



 

 

 

Voyons maintenant quelques étapes des travaux de restauration extérieurs, à l'automne 2012 hiver 2013.

 

 

Je n'ai pas participer à ces étapes majeures de travaux de restauration. Ce bâtiment destiné au public, et paraîné par la ville, doit passer par soumissions publiques.

Un entrepreneur conventionnel a réalisé la restauration, d'après les devis pré-établis des architecte-ingénieur.

 

Par contre j'ai été consultant pour la prise de décisions d'interventions techniques sur le bâtiment.

 

 

 

 Photo-3

 

 Sur photo 3, on revoit ce mur pignon Ouest, la planche veerticale des murs est demeurée sur le bâtiment (sous le contreplaqué), curetage du bardeaux de cèdre du pignon et du déclin de pin.

Les larmiers des versants de toit, ont perdus leurs coyaux. Cette image de la maison, nous montre la pente véritable des versants de toit pentus à la Française, de sa construction d'origine.

 

Un épais contreplaqué est par la suite, vissé sur le pourtour de la maison pour consolider le carré en générale de la maison, avant les étapes de gonflement des murs et toit pour l'isolation thermique.

 

 

 Photo-4

On peut voir sur photo-4, une vue rapprochée du pignon.

 

On remarque la planche d'origine des pignons (celle que l'on voit au grenier), blanchie à la chaux à l'extérieure, sous le recouvrement postérieur de bardeaux de bois.

 

Une minuscule "trappe" qui faisait office à l'origine de la maison, de carreau de ventilation, qu'on ouvrait pour extirper un peu de chaleur du grenier pendant l'été.

 

 

 


 

 

 Photo-5

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-6

 On voit sur la façade du bâtiment, sous le contreplaqué, les planches verticales du premier recouvrement de murs de la maison.

On voit à la base de ce mur, la sole supplémentaire qui a été ajouté au milieu du 19ième siècle, pour rehausser les murs de la maison, lors du rallongement de la maison vers l'est.

 

(Lire le document d'expertise des segments-2-3-4).

 

 

 

 

 Photo-7

 

Les coyaux sont rasés pour rendre la toiture droite, pentue, pour procéder à son gonflement pour l'isolation.

Les lucarnes seront démolies pour être reconstruites plus tard par dessus l'épaissisement du toit (tel épaissisement qui n'apparait pas encore sur cette photo).

Le galbe du toit sera également reconstruit après l'épaissisement du toit.

 

 

 

 Photo-8

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-9

Photos 9 et 10, parce que c'est un bâtiment public, on doit "doubler" les solives de plafond du rez de chaussée, pour parvenir aux exigences de "calcul des charges" pour le plancher du grenier.


Les endroits en bleu sur les photos, montrent l'insertion de ces nouvelles solives qui traversent la largeur de la maison.


Il n'aurait pas été nécessaire de faire une telle intervention dans une restauration "privée".

Mais pour un bâtiment à vocation publique, plusieurs renforcissement "surréalistes" doivent faire partie des devis.

 

 

 

 Photo-10

 Sur les photos 9-10 et 11, le toit a été gonflé pour l'isolation, les murs sont en préparatifs de gonflements pour leur l'isolation.

 

 

 

 

 Photo-11

On voit sur photo-11, les début du gonflement du mur arrière pour l'isolation, gonflement menuisé avec une ossature en 2x6.

 

 

 

 

 Photo-12

 Mars 2013

 

 La maison est isolée, prête pour son revêtement final de murs . Le toit est recouvert de bardeaux de bois. Cheminée factice, destinée à la ventilation mécanique.

 

 

 

 Photo-13

 

 

 

 

 

 

 Photo-14

 

 

 

 

 

 Photo-15

 

 

 

 

 

 Photo-16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo-17

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 22 invités et aucun membre en ligne

05-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés