Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

--------Petitclerc, (Segment-7), le curetage des murs extérieurs et le début du curetage du toit avec machinerie..

Segment -1, Apparence de la maison lors de sa récupération.

Segment -2, Début des travaux de curetage au rez-de-chaussée.

Segment -3, Début des travaux de curetage à l'étage. Découverte de la belle charpente de toit Française.

Segment -4, Curetage du crépi sur les murs du rez-de-chaussée, pour découvrir l'impressionnante structure de pièce sur pièce des murs.

Segment -5, Le curetage et nettoyage du rez-de-chaussée est complété. Vue d'ensemble des murs en pièce sur pièce et constats historiques.

Segment -6, Le curetage des murs Arrière et Gauche, + Vues du plancher de l'étage.

Segment -7, Le curetage des murs Façade et Gauche, le carré de pièce sur pièce se dévoile dans un excellent état de conservation. Le curetage du toit avec machinerie nous dévoile la forme de la maison à son origine.

Segment -8, Dernier curetage : celui du toit et la récupération la planche d'origine. À la fin de ce segment, un vue de l'ensemble de la structure de la maison mise à nue.

Segment-9, Démontage structurel complet de la maison et analyse de certaines techniques anciennes de charpenterie..

Segment-10, Le remontage de la maison, dans son nouvel environnement de Havelock, au coeur de la Montérégie.

 



   

 

Dans ce segment-7, le curetage extérieur des 4 murs est presque complété.

 

Le premier constat qui saute au yeux en voyant ce beau carré en pièce sur pièce,
c'est son excellent état de conservation quelques 200 ans plus tard.

Le carré de la maison a toujours été très bien protégé par ses revêtements, c'est une des raisons de cette conservation exceptionnelle.

 

À la fin de cette page, vous allez découvrir la forme architecturale de la maison, à son origine de construction.

 

 



 

 

 Les photos : 129 à 133,

illustrent le curetage extérieur et l'analyse du mur Façade.

 

 

Les photos : 134 à 150,

illustrent le curetage extérieur et l'analyse du mur Gauche.

 

 

Les photos : 151 à 160,

 

illustrent le début du curetage du toit avec de la machinerie.

 

 

Les photos : 161 à 164,

 

illustrent l'apparence architectural d'influence française, de la maison,

à son origine de construction, il y a plus de 200 ans.

 

 

 



 

 Le curetage extérieur et l'analyse du mur Façade.

 

 

Photo-129

Sur photo-129

Le début du curetage du mur façade dévoile le carré de pièce sur pièce bien conservé.

 

 

 

 

Photo-130

 Sur photo-130

Le carré de pièces des murs, a été taillé par terre mur par mur, par le charpentier.

Il a par la suite été numéroté par le charpentier pour pouvoir le remonter debout.

On voit sur cette photo, les griffes d'un des numérotages de mur, que j'ai surligné en jaune.

J'ai parler de ces numérotages anciens, dans le segment-6, sous les photos 123 à 124.

 

 

 

 

Photo-131

 Sur les Photos-131 et 132

Nous voyons dans le haut du mur Façade, un restant de déclin épais de bois (peinturer en jaune), qui était le recouvrement de façade de la maison dans le premier quart du 19iéme siècle.

Cloué à clous forgés.

 

 

 

 

 

Photo-132

 

 

 

 

 

 

Photo-133

Sur Photo-133, le mur façade est cureté.

 

 

 



 

  Le curetage extérieur et l'analyse du mur Gauche.

 

 

 

Photo-134

Sur Photo-134, le curetage du mur Gauche (Ouest) commence.

Un déclin de plastique est enlevé.

Sous ce déclin, on voit le recouvrement de bardeau d'asphalte du milieu du 20iéme siècle.

Sous ce bardeau d'asphalte, se trouve la planche verticale blanchie d'origine du premier recouvrement de murs. (voir photo suivante #137)

 

 

 

 

 

 

Photo-135

 Sur Photo-135, on voit qu'au joint de la planche verticale du haut de ce mur pignon, et celle du bas, il y avait une planche rejet d'eau.

(voir photo suivante #138-139)

 

 

 

 

Photo-136

Sur Photo-136

toutes les planches d'origine sont clouées à clous forgés de main de forgeron.

C'est le plus vieux clou dans l'histoire du Québec.

 

 

 

 

 Photo-137

 

Sur Photo-137, voici la planche verticale blanchie d'origine du premier recouvrement de murs.

Cette planche a été récupéré. (voir photo suivante #150)

 

 

 

 

Photo-138

 

Sur Photos-138 et 139, on voit de plus près la planche verticale d'origine, au joint de la planche verticale du haut de ce mur pignon, et celle du bas.

On remarque la planche rejet d'eau à l'horizontale, qui était suportée par de petits coyaux.

Cette planche rejet d'eau était plus longue qu'actuellement sur la photo, elle a été diminuée à la hache lors de la pose du revêtement moderne de bardeaux d'asphalte.

 

 

 

 

Photo-139

 

Sur Photo-139, on voit de plus près cette planche rejet d'eau, supportée par de petits coyaux.

Comme je l'ai mentionné sous photo-138, cette planche et ses coyaux étaient plus long, ils devaient déborder de 5 ou 6 pouces du mur.

 

J'ai déjà expliquer sur le site, l'utilité de cette planche à angle rejet d'eau.

Vous pouvez consulter entre autres  :

 

Dans la section Faq du site / catégorie extérieur / article #33

Dans la section Maisons-Archives du site / le dossier 31 de la maison Martel-Béliveau / au segment 12 / la photo-6 et son texte explicatif.

 

 

Photo-140

 

Sur Photo-140, on remarque la planche de toit à l'oblique à droite de la photo, qui montre la première apparence du toit à l'origine de construction de la maison,

toit pentu avec peu de débordement de la planche de toit par rapoort aux murs.

 

Nous verrons cette première apparence Française de la maison, dans les dernières photos de ce segment.

 

 

 

 

Photo-141

Sur les Photos-141-142, la planche verticale blanchie qui recouvrait la partie droite de ce pan de mur est enlevée et conservée,

le carré de pièce sur pièce apparait parfaitement conservé et très sain.

 

 

 

 

Photo-142

 

 

 

 

 

Photo-143

Sur les Photos-143 à 146,  on voit la planche verticale blanchie de l'origine de la maison. Elle a été récupéré.

 

 

 

 

Photo-144

 

 

 

 

 

Photo-145

 

 

 

 

 

Photo-146

Encore une fois la photo-146 nous montre les restants de la planche rejet d'eau et de ses petits coyaux de soutènement.

 

 

 

 

Photo-147

 

 

 

 

 

Photo-147

 

 

 

 

 

Photo-149

 

 

 

 

 

Photo-150

Sur photo 150, la planche verticale du recouvrement des murs est récupéré.L'endos de cette planche blanchie sur une face, est sur le beau bois patiné et vieilli.

Comme je l'ai déjà expliquer dans d'autres dossiers sur le site, cette planche servira lors du remontage de la maison, avec sa face sur le bois brun, à complété le pontage du toit.

 

 

 



 

 Le début du curetage du toit avec de la machinerie.

 

 

 

Photo-151

 

 Sur les Photos-151-152 et 153, nous avons un coup d'oeil des 4 murs de la maison, curetés et directement sur le pièce sur pièce.

 

La forme architecturale du toit actuellement, avec les larmiers galbés à la Québécoise et les deux lucarnes (fenêtres) sur le toit, proviennent de la deuxième moitié du 19iéme siècle et remodelés au 20ième siècle.

 

Ces larmiers galbés, sont postérieurs à l'apparence architecturale de la maison à son origine de construction.

 

Pour dévoiler la première forme "Française" de la maison, nous allons enlever rapidement ces larmiers, qui ne seront pas conservés.

 

(Ces larmiers galbés, pourront être "recrées" facilement à la reconstruction de la maison, si il est décider par les acquéreurs-restaurateurs, de redonner cette forme architecturale au toit de la maison.)

 

Photo-152

 

Photo-153

 

 

 

 


 

 

 Pour faire ce début de curetage du toit rapidement, je vais utiliser l'aide d'un "habile" opérateur de pelle mécanique.

 

Pour faire ce genre de travail "chirurgical" sur la maison, l'opérateur doit avoir une bonne expérience, un bon contrôle de sa machine, et il doit être bien guider pour cette démolition contrôlée ;
ça c'était ma job de l'aiguiller correctement sur quoi faire et comment s'y prendre.

 

 

 

Photo-154

Sur Photo-154, l'opérateur de la pelle soulève lentement le larmier de Façade, à un endroit précis et l'arrache d'un coup.

 

 

Photo-155

 

 

 

Photo-156

Sur Photo-156, démolition tout en donceur par le mastodonte, des lucarnes, pour ne pas briser le vieux toit.

 

Photo-157

 

 

Photo-158

Sur Photo-158, avec le bout des dents de sa pelle et avec tact, l'opérateur enlève les débordements de toit sur les pignons.

 

 

Photo-159

Sur Photo-159, la rallonge moderne (la laideur) à l'arrière de la maison, est purement démolie sans retenue.

 

Photo-160

Sur Photo-160, avec encore beaucoup d'habileté et en douceur, la pelle enlève le larmier du mur arrière.

 

Cet opérateur professionnel de machinerie lourde, se nomme :

Mario St-Pierre.

(voir son site) : St-Pierre paysagiste

À St-Augustin de Desmaures.

 

Très beau travail Mario, merci

 



 

 

Et voilà que la maison se dévoile, sous sa première forme architecturale,

comme elle a été construite et habitée par ses premiers occupants,

il y a plus de 200 ans. 

 

 

 

Photo-161

Coin Façade-Droit (Sud, Sud-Est)

 

Sur les Photos 161 à 164 :

 

L'architecture d'origine de la maison, est très "régime Français";

et en voici les caractéristiques :

 

Les planches de ce toit pentu à 49 degrés d'angle, sont posées à la verticale, sur une charpente de toit complexe.

Ces planches de toit débordent à peine des murs goutereaux (Façade et Arrière) et sur le murs pignons (Gauche Droite).


Des restants de clous forgés sur le bas des planches, retenaient le premier recouvrement de toit en bardeaux de bois.

L'usure du bout de planches de toit, causée par le dégoutement des eaux de pluies, témoigne d'une période d'environ 10 ans,

à laquelle la maison a conservée cette forme architecturale Française.

 

 

 On remarque que les murs de pièce sur pièce, sont un peu grisonnants à l'extérieur.
Ce qui signifie, que la maison a eu cette apparence pendant probablement les 7 à 10 premières années de sa première période de vie, dite "période d'établissement".

Par la suite on a lambrissé les murs extérieurs de planches verticales blanchies, comme on le voit à plusieurs endroits, sur les photos subséquentes de ce dossier,
excepté sur le mur Façade, qui lui a reçu un revêtement de déclin de pin,
(celui qui j'indique sur la photo 134-135, ci-haut dans cette page).

 

Les pignons de la maison étaient recouverts de bardeaux de bois.

 

Par la suite, vers la fin du 19ième siècle, on a recouvert de nouveau les murs de la maison, avec une autre planche verticale blanchie au lait de chaux, mais à clous carrés industriels cette fois.

C'est probablement à cette époque du recouvrement des murs en planches verticales, que l'on a commencer à rallonger les versants de toit, pour leur donner une forme galbés dans le bas des versants.

 

Puis vers 1930-40, le bardeaux d'asphalte vert, est venu recouvrir les 4 murs et pignons de la maison.

Et finalement le revêtement "cheap" en déclins de vinyle, des années 90, que je me suis fait un plaisir de cr...ser dans le "container" à déchets.

 

 

Photo-162

Coin Façade-Gauche (Sud, Sud-Ouest)

 

Photo-163

 Coin Arrière-Gauche (Nord, Nord-Ouest)

 

Photo-164

 Coin Arrière-Droit (Nord, Nord-Est)

 

 

 Photo-165

 

Sur la photo-165, voici la maison Loriot-Soulard, construite à quelques kilomètres de la maison Petitclerc.

 

C'est à peu près cette apparence architecturale, que la maison Petitclerc présentait à son origine.

 

Nonobstant que la maison Petitclerc est de bois et non de pierre,

et que sa grosse cheminée (âtre) de pierre,

n'était pas au centre du toit, mais au pignon Nord-Est.

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 71 invités et aucun membre en ligne

05-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés