--------Antoine Désilets (segment-2), curetages intérieurs

 

Segment-1, Description de la maison, début du curetage extérieur, architecture d'influence du régime Français

Segment-2, Curetages au rez-de-chaussée, à l'étage, une vue de la cave, suite du curetage extérieur.

Segment-3, (segment vide, en programmation de la suite de la récupération)

Segment-4, (segment vide, en programmation de la suite de la récupération)

Segment-5, Remontage de la maison en juin 2018, en pleine nature du Lac St-François à Adstock près de Thetford-Mines.



 

Ce segment-5, montre les premiers pas,

du chantier de restauration et de remise en valeur de la maison Désilets.

 

 

 

Segment présentement en montage en ce 23 juin 2018


 

 

Comme mentionné au segment-1 :

 

Cette maison est architecturellement construite de façon semblable, à la maison
"Michel dit de Nantes Bergeron",
que j'ai récupéré en septembre 2016, à 1 kilomètre de cette maison Désilets.

 

Donc en lisant la description technique de la maison "Bergeron", vous aurez une bonne idée de ce que seront les découvertes architecturales de la maison Désilets, suite au étapes de curetage présentées dans ce segment.

 

 

Voir ce lien d'un petit reportage (avril 2018) de Radio-Canada, sur la récupération de cette maison.

 


 

Le curetage du rez-de-chaussée.

 

Photo-1

 

 Photos-1-2, l'intérieur de la maison est sur l'apparence des dernières rénovations du dernier quart du 20ième siècle :

Gypse, plancher flottant, matériaux moderne de quincaillerie, rien de ces matériaux n'est conservé suite aux premières étapes de curetage.

 

-2

 

 

 

-3

 Sous le gtpse se cache l'apprence de la maison provenant du milieu du 19ième siècle.

 

Crépi de ciment de chaux, soutenu sur lattis scié cloué à clous carrés (tranchés) industriel.

 

Du cartonnage est venu par la suite recouvrir le crépi, pour recevoir plusieurs couches de tapisseries au fil du temps.

 

 

-4

 

 

 

-5

 Photo-5, sous le crépi blanc de chaux, on renmarque "comme la maison Bergeron" que les pièces présentent une couleur grise, provenant d'un premier crépi d'origine, fait de glaise et retenu par un "picotis de chevillettes ". (j'ai déjè expliqué sur le site ce qu'est ce type d'isolant très ancien, suivez ce lien)

 

 

-6

 Photo-6, comme on va le remarquer sur la photo suivante #14, à l'époque du crépi de chaux blanc, le plafond était recouvert d'un cartonnage gauffré et6 peint de coller au plafond.

 

Sous ce cartonnage, se cache le plafond de madriers, jamia pêint et sur sa couleur d'origine de bois vieilli par les fumées de la maison, très belle découverte qui sera remis en valeur lors de la restauration future de la maison.

 

 

-7

 Photos-7- et 8 on voit les pièces grises de glaise ; es pièces plus couleur miel ont perdu leur teinte de gris dû à l'écarrissage qu'on a fait en surface des pièces lors de l'installation du treillis (lattis ) de planchette pour soutenir le deuxième crépi de chaux.

 

 

-8

 

 

 

-9

 Photo-9, étoupe de filasse de lin.

Faussement appelé et interprété comme du "crin de cheval", cette étoupe végétale s'explique sur ce lien.

 

 

-10

 Photo-10, voici en détail : le crépi de ciment de chaux, soutenu sur lattis scié cloué à clous carrés (tranchés) industriel.

 

 

-11

 

 

 

-12

 Photo-12 : Une très vieille tapisserie très colorée.

 

 

-13

 

 

 

-14

 Photo-14 : Plafond cartonné

 

 

-15

 Photo-15 : Une vue du crépi de chaux blanc d,origine, chaulé maintes fois, puis recouvert de tapîsseries, plafond cartonné, larges plintes de bas de mur.

 

 

-16

 

 

 

-17

 Photo-17 : Curetage des recouvrements de planchers modernes, pour atteindre la plancher d'origine en madriers de pin.

 

 

-18

 Photo-18 : mur de crépi de chaux.

 

 

-19

 Photo-19 : des restants de glaise demeure entre certaines pièces de mur. Glaise témoin du premier crépi d'origine.

 

 

-20

 

 

 

-21

 

 


 

Le curetage de l'étage.

 

 

-22

 

 

 

-23

 

 

-24

Photo-24 : Lors du curetage de l'étage, une belle récupération de planches de V du début du 20ième siècle, s'est effectué. Cette planche est conservé pour utilisation lors de futurs travaux de restauration dans la maison.

 

-25

 L'étage une fois curetée de ses chambres, nous montre la charpente de toit, de type à chevrons portant fermes avec entraits et "perchaudes" (contreventements obliques) dans les 2 versants du toit.

 

 

-26

 

 

 

-27

 Certains chevrons portent des traces d'anciens assemblages moisés d'entraits, et des marque d'assemblage de pannes.

Ces cicatrices nous racontent  que plusieurs matériaux de cette charpente de toit, proviennent d'une plus ancienne charpente de toit dite " à pannes" .

 

Les planches de toit actuelles, mises à l'horizontale sur la charpente, proviennent de planches qui étaient autrefois à la verticale. Plusieurs de ces planches présentent leur ancienne face extérieure qui était apparente sur l'ancien toit, et qui à subi les intempéries pendant quelques années avant d'avoir un recouvrement de bardeaux de bois.

 

J'ai expliqué ce phénomène de recouvrement de toit uniquement en planchesà l'origine de ces maisons de notre région.

 

 

-28

Photo 28 : Exemple d'une cicatrice d'assemblage moisé d'un ancien entrait qui était assemblé sur ce chevron.

 

 

-29

Photo 29 : Diverses signatures sur la planche de toit, marques de "comptage" provenant probablement de poches de grains ou autre choses ??

 

 

-30

 

 

 

Photo 31

 Sur cett photo-31, la cicatrice au presque centre du toit, qui montre la grosseur impressionnante de la cheminée de pierre qui perçait le faîte à l'origine de la maison.

 


 

La cave

 

 

-32

Photos 32-33-34

Une surprise RARE nous attendait à la cave, en effet au centre de la maison subsiste encore une masse impressionnante de 8 x 8 pieds de surface, de pierres, qui était la base de soutien de l'ancienne cheminée (âtre) de pierre.

Découverte rare de trouver un tel artéfact de plus de 200 ans, qui est encore sur place.

 

 

 

-33

 

 

 

-34

 

 

 

-35

 Photos-35-36, le solage de la maison est composé de pierres sèches (sans mortier) d'assemblées une sur l'autre.

 

 

-36

 

 

 


 

 

 La suite du curetage de l'extérieur.

(voir le segment-1 pour le début du curetage extérieur)

 

 

 

-37

 Le curetage des planches de pignon, numérotées pour une futures réinstallation, nous laisse voir la charpente de toit.

 

 

-38

 

 

 

-39

 

 

 

-40

 Photo-40, le carré de pièce sur pièce, avec son coin assemblé en queues d'arondes, apparait.

 

 

Photo-41

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 90 invités et aucun membre en ligne

12-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés