--------Maison Rose Lamothe, le curetage de l'extérieur, constats historiques sur murs Droite et Gauche, (segment-2a)

 

Segment-1, Présentation de cette maison très vieille et rare de nos jours.
Segment-2, Le curetage de l'extérieur de la maison, les murs Façade et Arrière.
Segment-2a, Le curetage de l'extérieur de la maison, les murs Droite et Gauche.

Segment-3, Un examen du rez de chaussée et début du curetage
Segment-4, Un examen de l'exceptionnelle charpente de toit à l'étage et début de curetage de l'étage
Segment-5, vide pour l'instant

 

 

Ce segment-2a présente les travaux de curetage des murs extérieurs de Droite et de Gauche, de la maison Rose Lamothe.

 



 

Curetage du mur Droite (Nord-Est).

 

 

 -1

 

Comeme les autres murs décris sur segment-2, les recouvrements de murs du 20ième et du 19ième siècle enlevés, nous voici sur la planche verticale clouée à clous frogés.

La planche montre à peine quelques restant de traces de son chaulage blanc d"il y a plus de 200 ans.

Elle a été très "lavée" par les intempéries, avant d'être recouverte par le déclin de bois Néoclassique décrit en segment-2.

 

On remarque aussi la forme du toit à la Française aussi décrite au segment-2.

 

 -2

 

Sur photo-2, de très vielles cicatrices dans la planche de pignon, de l'emplacement de deux fenêtres de chambres ou de grenier ?

 

 -3

Deux petites fenêtres de ventilation du grenier qui devient torride l'été, ont été pratiquée dans le haut du pignon.

Le restant de moulure qui encadraient ces petites ouvertures, étaient fixées à clous forgés.

 

 -4

Sur photo-4, un phénomène de construction ancienne, que je ne connais pas m'intrigue ici.

Vous remarquerez sur les photos des 2 pignons de la maison que je présentent dans ce segment, les planches de recouvrement d'origine du bâtiment (200 à 250 ans),

dans les extrémités des pignons, PENCHENT vers le centre.

C'est la 1ière fois que je vois cette caractéristique de menuiserie ancienne.

Pourquoi ?? je ne sais pas.

 

 -5

Sur photo 5 une vue de la première forme de toit à la Française de l'origine de construction de la maison.

 

 

 -6

Comme je l'ai souvent mentionné dans d'autres dossiers de récupération de maisons sur mon site,

la planche verticale ancienne des murs, qui est de même couleur que la planche ancienne d'origine du toit que l'on voit au grenier,

est conservée comme planches de remplacement pour la future restauration du toit si on en a de besoin.

 

 

-7

Très beau carré de maison de 28 x 33 pieds, avec beaucoup de fruit dans les murs, tel que décrit au début du segment-1

 

 

-8

Une vue d'un angle (un coin) de la maison,

structure de murs en pièce sur pièce écarris à la hache et de gros volume.

 

Le pièces s'assemblent au coin du mur, à mi-bois une sur l'autre, chevillées.

C'est la forme la plus ancienne d'assemblage de coins de maison, découverte en région, très influence régime Français.

 

comme par exemple sur la maison Leblanc, récupéré en 2006. (près du Lac St-Paul), non loin de cette maison Rose Lamothe.

 

 

 



 

Curetage du mur Gauche (Sud-Ouest). 

 

 -9

Curetage du mur Gauche

 

 

 -10

 

 

 

 -11

 On a peint autrefois des volets de fenêtres de grenier, directement sur la planche de pignon.

 

 

 -12

 

 

 

 -13

Toutes les planches de pignons et de murs, à la verticale sont clouées à clous de main de forge. (clous forgés, clous façonnés par un forgeron).

 

 

 -14

 

 

 

 -15

 Curetage du déclin horizontal de l'époque Néoclassique, pour mettre à jour la planche verticale d'origine.

 

 

 -16

Sur photo-16, encore le phénomène des planches de pignon qui penchent vers le centre du pignon, tel que décrit sous photo-4.

 

 

 

 -17

 

 

 

 -18

 Certaines planches de ce mur, avaient de numérotages anciens ??

 

 

 

 



 

 Constatations historiques, sur les ouvertures de fenêtres et portes,

à l'origine de la construction de la maison.

 

 -27

 Prenez la photo 27 du mur Sud-Ouest cureté,

et focusson (sur photo suivante #28) au centre du mur de pièce sur pièce.

 

 -28

Sur cette photo 28, on remarque en flèches jaunes, que le poteau (colonne) central du mur,

ne possède pas de chevilles de bois, pour barrée dans une mortaise taillée sur le côté du poteau,

les tenons des pièces à droite du mur qui arrivent sur ce poteau.

 

Remarquons en flèches rouges :

que les bouts de pièces qui arrivent sur ce côté du poteau, porte des marques de crépi,

qui expliquent que la face de ces pièces, étaient à l'intérieur autrefois.

Ces marques de lattis de crépi, sont les marques du premier crépi de "glaise" que les murs de la maison a reçu comme isolation et finition des murs intérieurs, à l'origine de construction ; des marques verticales et horizontale.

(Tandis que le crépi actuel de l'intérieur de la maison, crépi de l'époque Néoclassique de la maison, est maintenu sur un lattis oblique).

C'est donc dire qu'on a déplacé cette fenêtre à la grande rénovation Néoclassique de la maison.

 

Ces bouts de pièces proviennent d'une coupe qui s'est faite à droite de la fenêtre actuelle sur la photo, pour rendre cette fenêtre plus symétrique avec le perçage de l'autre fenêtre de gauche à cette grande rénovation Néoclassique du 19ième.

 

Ces indices indiquent que, selon le gabarit traditionnel de construction de ces maison anciennes, qui ont des influences du régime Français,

il n'y avait qu'un fenêtre sur ce mur pignon de pièces, et cette fenêtre était collé sur le poteau central.

 

 -29

 

 Sur photo-29, voici l'emplacement de la seule fenêtre présente sur ce mur de pièce Gauche, et c'est la même chose pour l'autre mur de Droite.

L'emplacement de cette fenêtre est un autre indice, que la FAÇADE d'origine du bâtiment fait face à l'actuel route 132 (Boulevard Bécancour).

 

 -30

 

 

 -31

Voici sur photo31, l'emplacement des fenêtres d'origine de construction de la maison.

 

 



 

 

Un exemple ...

 

 -32

(Extérieur de la Maison Martel-Béliveau segment-12)

(Extérieur de la Maison Martel-Béliveau segment-13)

 

Si vous enlevez sur cette photo-32, les trois fenêtres du haut du pignon, les deux lucarnes de toit, et si vous remplacer la tôle du toit par du bardeaux de cèdre,

vous avec l'exemple de ce que pouvait avoir l'air l'aspect et l'architecture globale,

de la maison Rose Lamothe à l'origine de sa construction.

 

Le même emplacement des ouvertures sur les murs, le toit pentu et le recouvrement en planches mise à la verticale.

 

 

 -33

Dossier de la maison Bourque, St-Grégoire, 2004.

Ce petit montage naif sur photo-33,  que j'ai fait sur photoshop en 2004,

de l'apparence de ces maisons plus que bicentenaire, du 18ième et début 19ième siècles,

vous donne une idée également du "gabarit" d'une maison dite d"influence du régime Français,

de la région "acadienne d'origine", du secteur St-Grégoire de Ville de Bécancour.

 

 



 

 

 

 -19

 Ma fille est arrivée sur le chantier, avec mes amours, à la fin des travaux de curetage de ce mur.

 

Elle m'a dit, p'pa, on te voit pas souvent sur ton site en train de travailler, veux-tu que je prenne quek photos de toi ?

 

 -20

 

 

 

 -21

 

 

 

 -22

 

Les voici mes amours ...

 

 -23

 

 -24

 

 -25

 

 -26

 Ma petite relève peut être ...

 

 

 

 

 

/>

Qui est en ligne?

Nous avons 12 invités et aucun membre en ligne

12-150x150.jpg

Copyright © 2020 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés