choisir une catégorie →

Travaux extérieurs

Beaucoup plus de contenu pour les abonnés
Vous devez vous inscrire (abonnement) pour voir l'ensemble des articles de cette section du site.
La survie du site ... dépend des abonnements.  Merci !

1-Isolation du toit par l'extérieur.

Question :

 

Nous avons regarder votre site ainsi que la procédure impliqué selon les photos prises avec la maison Leblanc. Je me souviens aussi d'avoir discuté par téléphone que votre travail de remontage se terminait à l'isolation extérieur; l'étape urgente suivante étant de choisir une méthode de revêtement du toît. Les questions que nous avons sont les suivantes:

Il y a plusieurs types d'isolation de maison sur le marché. Conseillez-vous la méthode "uréthane giglé" tel que employée avec la maison LeBlanc et si oui est-ce que c'est vous qui bâtissez l'ossature?



Réponse :

 

C’est une question de choix personnel, l’uréthane c'est le plus cher des isolants mais pour le toit entre autres, le plus efficace. L'isolation peut aussi être faite en panneaux rigides ; plus long d’installation et pas la même technique que l’ossature pour l’uréthane. Donc moins cher en coût d’achat que l'uréthane, mais plus long en temps d’installation ; moins efficace si mal installé ou si mal scellé aux joints des 4 murs entre autre.

Normalement sur les travaux que j’effectue sur ces types de maisons, je ne travaille que dans le vieux à prime abord ou à des reconstitutions diverses traditionnelles (sur la page d'accueil, consultez l'article : Je me présente Michel Martel).
Très souvent aussi, les clients me demandent de travailler et de gérer des travaux plus modernes comme ossature pour isolation de murs et toit. Je n'ai pas d'équipe de travail, je suis engagé comme charpentier-menuisier pour travailler et orienter une équipe de travailleurs que le client me fournis. C'est souvent l'équipe d'un entrepreneur en construction de la région. Ces travaux, qui comme l'indique son appellation de "travaux modernes", peuvent être réalisé par n’importe quels menuisiers d'expériences de de votre région. Il ne suffit que de de bien les orienter vers les techniques à utiliser ; c'est souvent ma job dans ces cas.

 

Je m'occupe souvent sur mes chantiers de remontage de maisons, de donner cette "orientation" aux menuisiers et de travailler avec eux sur la réalisation de ces étapes du projet. Je suggère des façons de faire, propres aux spécificitées voulues pour la conservation et l'art de remettre en valeur les proportions architecturales traditionnelles d'un bâtiment ancien.


Lorsque mon agenda de contrats est trop chargé pour le permettre de travailler à plein temps sur ces phases plus modernes de travaux, je travaille de plus courtes périodes de temps avec ces menuisiers, pour leur enseigner rapidement l'orientation à prendre. Et souvent. même si je ne peux pas finaliser ces travaux, les menuisiers qui ont "starter la job" avec moi, vont pouvoir continuer. Dans de tels cas, je demeure aussi toujours disponible par téléphone ou courriels pour aider à résoudre à distance, des problématiques de parcours dans la réalisation des travaux.

 

Vous pouvez voir entre autres dans le site, des exemples "d'une façon" de faire l'ossature d'une isolation à l'uréthane, sur un toit et les murs, dans le dossier de la maison Couture, segments 12 et 13 , ou le dossier de la maison Gauthier aussi.

J'ai aussi d'autres exemples d'isolation avec de l'isolant rigide.



 



 

 

Autre (courriel) Question :

 

Bonjour m. Martel, Je tiens à vous féliciter pour votre œuvre. Votre respect du patrimoine, votre patience … je n’ai jamais rien vu de tel.
Une question me chicotte :
Comment faites-vous l’isolation pour pouvoir laisser apparentes les planches du grenier?

Merci et encore bravo.

Réponse :

 

L’isolation se fait par l’extérieur, SUR le toit de planches. Allez voir mon site et regardez le dossier de la maison Leblanc  qui était en chantier à l'été 2007 en Estrie, et celui de la maison Couture qui était en chantier à l'automne 2009, région de Montréal. Vous allez avoir un exemple d’isolation du toit et des murs avec le procédé d'uréthane pulvérisé.


Il y a aussi la technique d'utiliser des isolants rigides (superposition en couches), avec entre autres :

  • du styrofoam de 2, 3 ou plus (pouces d'épaisseur) (résistance de R5 au pouce d’épaisseur),
  • cœur de portes de 2 pouces épais (panneaux d’uréthane compressé R7 au pouce d’épaisseur), une ou deux couches. Quelques fois des clients font également ossaturé par dessus ces panneaux, pour pouvoir faire pulvériser une mince couche d'uréthane d'une couple de pouces d'épaisseur, pour venir sceller les panneaux.
  • des panneaux de type industriel comme le polysio cyanurate (R7 au pouce d’épaisseur),
  • de la laine de roche, isolant écolo à base de roches, résistant à l'humidité et au feu. (pas l'idéal par contre pour isolation du toit par dehors)
  • des panneaux Isoglad 1.5 pouces épais (R11 au 1.5 pouce d’épaisseur),
  • ou d'autres types de panneaux d'isolant, qui sortent sur le marché, en qui possèdent des propriétés de plus en plus performantes.



 



 

 

Autre (courriel) Question : 

 

Bonjour M. Martel,

 

Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour votre travail. Votre site contient une foule d’information et surtout beaucoup de motivation pour un nouveau propriétaire, comme moi,  soucieux de préserver ou de restaurer un bâtiment.

 

Je désire refaire le bardeau d’asphalte de ma toiture durant l’été 2009 et je désire par le fait même ré-isoler ma toiture. Actuellement, je n’ai que 3-4’’ de sciure de bois dans mon entre-toit et à peu près la même chose dans mes pentes de toit (plutôt compacté donc pas de circulation d’air). Un squelette recouvert de polyuréthane, tel qu’illustré sur votre site, me paraît super. Cependant, la courbure de mon toit et ses fenêtres compliquent beaucoup le travail, et je ne suis pas convaincu que le look de mon toit au final sera réussi avec un toit de 6’’ plus épais.

 

Peut-être devrais-je isoler par l’intérieur. Par contre je ne sais pas quel isolant utilisé pour mes pentes. Je désire avoir quelques chose de très efficace pour augmenter ma cote ‘’R’’ de façon significative, compte tenu du peu d’épaisseur d’isolant que je peux y mettre. Finalement, isoler par l’intérieur aboli complètement mon projet à long terme, qui serait d’ouvrir mon 2eme étage pour avoir un plafond cathédral.

 

Vos conseils me seraient sans doute utile…

 

Merci de l’attention porté à ma demande.

 

L. L.

Lévis


Réponse :

 

Isoler votre toit par l'extérieur, implique presque ment de refaire la finition extérieur des murs de la maison, parce que c'est avec la finition du rehaussement du toit que le  prolongement des débordements de toit et des larmiers s'effectue. Le recouvrement extérieur des murs refaits on cache l'épaisseur supplémentaire que le toit va avoir.

 

En court résumé, il faut :

Couper les débordements de toit des murs pignons, au ras les murs. Il faut aussi couper les pentes québécoises des larmiers (si c'est le cas de ces types de larmiers galbés) au ras les murs également. Ce qui implique dans votre cas (d'après la photo que vous m'envoyer) de démolir la toiture de la galerie en avant. Et en même temps, les lucarnes vont être à refaire parce qu'elle vont diminuer de hauteur. Par la suite  on ossature le toit et on isole, et c’est SUR cet isolation du toit qu'on refait la pente québécoise et qu'on refait les avant couvertures (débordements latéraux de toit) d'épaisseur normal qui vont déborder du toit dans les pignons.

Ensuite la nouvelle finition des murs va venir cacher cette épaisseur nouvelle du toit. C’est une grosse job que d'isoler par dehors. C’est assez difficile  d'expliquer tous les détails par écrit. J'ai des exemples de ces techniques dans plusieurs dossiers de la section Maisons-Archives du site.

 

Pour isoler le toit en cathédrale adéquatement par l'intérieur, il y a 2 façons. Si vous voulez une cathédrale, vous ne pourrez pas voir les chevrons ni la planche du toit d’origine, parce que, on doit mettre une latte SUR les chevrons et on démarre l'isolation de là (c'est à dire tyvek sur les lattes, isolant rigides, coupe vapeur, lattes et finition. L’espace qui est l'épaisseur des chevrons (sous les lattes de départ), devient une chambre d'air froide sous l'isolation, cette chambre d’air doit être communicante avec l’extérieur pour une ventilation adéquate.

 

Pour isoler le toit avec les chambres construites en cabanes, comme c'est présentement le cas chez vous, c'est plus simple et c’est la façon la moins dispendieuse, premièrement isoler l'entretoit (le grenier en haut des chambres). Ici ce n’est pas compliqué, idéalement on enlève la rippe de bois, on étend sur le plancher un coupe vapeur (alluminium ou polythène, et on étend de  la laine minérale R40 au sol. La r40 va gonfler de 10 pouces approx. Pour les pentes, on ne peut pas isoler entre ces pentes et le toit c'est plein de rippe et il n'y a pas de place. C'est pas l'idéale d'ailleur, cette rippe collée sur la planche du toit, mais si vous n'avez pas de dégoutages de condensation, laissez ça comme ça, il faut alors isoler sur le plafond actuel des pentes de toit avec du rigide, ensuite coupe vapeur, lattes et finition.

Idéalement si on isole les pentes de la sorte, il faut défaire les petits mûrets en bas de ces pentes qu'on appelle galeteaux (galetas, ou ravalements) pour que l'isolant rigide des plafonds en pente des chambres, se rende jusqu'à la base du toit, qui est le joint aux murs façade et arrière de la maison. Si on ne veut pas défaire les ravalements, on isole ces espaces, par l'intérieur des ravalements, le petit mur et le plancher.

J'ai des exemples de ce type d'isolation de chambres en cabane à l'étage, dans un dossier de la section Faq (extérieur).


 



 

 

Autre (courriel) Question :

 

 

Bonjour Mr. Martel,

 

Je tiens d’abord à vous dire que j’ai fait ma modeste part pour encourager la survie de votre site, car c’est un bijou d’informations. Félicitations!

 

Nous entamons cette année la phase 1 de la « restauration » de notre maison (photo à l’achat en attaché – 2008). Nous allons faire revivre les 2 cheminées originales et isoler la toiture par l’extérieur en plus de faire une rallonge de contruction moderne au look ancien. Nous ferons de notre mieux, promis!

 

Question 1 :  Une fois les vieilles couvertures enlevées, que suggérez-vous de mettre sur les planches d’origine pour recevoir l’uréthane? Mon entrepreneur a l’intention d’installer une membrane de plastique mais je crois voir dans vos projets que vous mettez soit une membrane goudronnée ou un genre de textile – je ne suis pas certain. Y-a-t-il un problème à utiliser le plastique?

 

Question 2 : Quelle est l’épaisseur minimum à mettre? Est-ce que 3 pouces seront suffisants? 6 pouces me semblent beaucoup et altéreront l’apparence de la toiture… à noter que nous faisons disparaître les panneaux jaunes et les corbeaux.

 

Du coup, je recherche 550 pi carrés de madriers de pin non-peint pour faire le plancher de notre nouvel agrandissement. La longueur idéale serait de 12+ pieds mais toute offre est la bienvenue. Il ne semble pas y avoir d’offre de la sorte dans votre section à vendre alors avez-vous des lots à venir ou des références à me donner?

 

Si je peux me permettre une suggestion pour votre section MATÉRIAUX, il serait peut-être bon de retirer les annonces comblées. Ça simplifierait la recherche et créerait moins de fausses joies.

 

Merci d’avance pour votre temps,

Salutations,

L.P.

 

 

 

Réponse :

 

 

Bonjour, bravo pour le nouveau chantier. Belle maison.

 

Étant donné que cette maison est habitée, c'est certain que pour le curetage du toit, il faut s'orienter vers des semaines d'été, où il n'y aura pas d'annonce de pluies. Parce que si vous vous faites prendre par une pluie, avec une toiture ouverte, ça risque d'être le bordel et un méchant dégât dans la maison. Peut être effectué les travaux sur un versant de toit à la fois, et rapidement. (vaux quelques fois mieux de payer une plus grosse équipe de travailleurs dans ces circonstances, pour effectuer ces travaux plus rapidement)

 

En regardant dans votre grenier, si la planche de toit n'est pas serrée ou bouvetée entre elles, et qu'on voit des parties de l'ancien bardeau de cèdre entre les joints de ces planches, il y a deux alternatives :

 Si vous décidez pour l'étape du curetage de cet ancien bardeau de bois, pour vous rendre directement à la planche de toit d'origine (ce qui est l'idéal pour mettre une membrane très à plat sur le toit), vous allez voir des parties de plastique (pas chic) entre les planches. Et, le plastique ça risque de mal réagir avec la pulvérisation de l'isolant.

C'est la raison pour laquelle j'opte pour mettre plutôt une membrane noire à l'élastomère, autocollante. De plus, le temps de faire l'ossature avant la pulvérisation, cette membrane protège en cas d'averses de pluie.

Si les planches de toit ne sont pas trop distancées une de l'autre, cette membrane de couleur noire ne sera pas perceptible du dedans. Par contre si les planches de toit sont très distancées une de l'autre (de type planches de croûte, ou dites "de cosses") la membrane noire risque de trop paraître.


Dans ce cas de planches trop distancées, ou dans le premier cas de planches légèrement distancées, j'opte quelquefois pour la conservation de l'ancien bardeau de bois sur le toit, je ne mets pas de membranes et j'ossature directement sur ce vieux recouvrement pour recevoir l'uréthane. De cette façon, l'apparence intérieure du toit au grenier demeure très authentique avec la vue des vieilles planches de toit, et la vue de parties de bardeaux de cèdre entre ces planches. Du côté propriété coupe vapeur de ces membranes, ce n'est pas trop important, parce que l'isolant pulvérisé a déjà une bonne propriété coupe vapeur.

 

Dépendant de comment vous voulez gonfler le toit, on met de l'uréthane le plus épais possible, minimum de 3 pouces. Ce qui est très important, c'est la chambre d'air qui sera située entre l'isolant et revêtement final de la toiture.
Cette chambre d'air doit être d'au moins 1.5 pouces minimum, chambre ventilée par la base des 2 versants et si possible par un faîte ventilé.

3 pouces d'isolant sur le toit  ça donne approx R-25. C'est certain qu'à cette épaisseur, il va y avoir perte de chaleur par le toit, surtout dans la partie mi-toit jusqu'au faîte. C'est cette partie de toit cathédrale qui emmagasine le plus de chaleur à l'intérieur en période de chauffage. La chambre d'air de ventilation extérieure est très importante dans ce cas.

 


Si on veut mettre plus épais d'isolant sur le toit, sans gonfler à l'extrême l'épaisseur du toit, on peut aussi menuiser une ossature plus épaisse dans le faîte, qui diminue d'épaisseur en s'en allant vers le bas des versants du toit. De cette façon on peut mettre plus épais d'uréthane dans le haut du toit.

 

Pour camoufler l'épaisseur du toit peut être rallongé un peu les larmiers, et venir aboutir sur la maison comme  à l'endroit actuel, à moins que cette planche jaune sous les larmiers sur la pierre, ne cache déjà un épaississement de toit antérieur ?? 

Je remarque que les pignons de la maison ne sont pas de pierre mais en bois. Une re finition du recouvrement de ces pignons à l'extérieur va cacher l'épaisseur de l'isolation du toit.

 

Madriers de planchers anciens, c'est assez rare, surveillez mes annonces.

Oui, c'est une bonne suggestion que vous me faites pour les annonces, je vais faire un ménage. Mon problème dans ce cas est dû au manque de temps pour faire ce travail.

 

Bons travaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 19 invités et un membre en ligne

04-150x150.jpg

Copyright © 2016 Michel Martel / Pièce Sur Pièce - Tous droits réservés