Maisons-Vente

:)

Segment-1, Présentation de la maison dans son état de récupération en 2021

Segment-2, Le curetage de l'étage de la maison, constations de beaux matériaux de boiseries anciennes toujours sur place.

Segment-3, Le curetage du rez-de-chaussée et une vue de la cave.

Segment-4, Curetage des murs extérieurs, intervention d'un habile opérateur de pelle mécanique.

Segment-5, Apparence extérieure d'origine de la maison ; suite des curetages extérieurs ; charpenterie traditionnelle

Segment-6, Fin des curetages extérieures ; la charpente de toit mise à nue ; le carré de pièces mis à nu.

Segment-7, Le démontage FINAL de la maison, en famille et en vidéo historique.

Segment-8, SUITE du démontage FINAL de la maison.

 


 

Ce segment-2 de la maison Bourque de Ste-Angèle

Nous montre les travaux de curetages de l'étage de la maison.

 

Pour la définition de ce que veut dire : des chambres construites en "cabane" dans une maison ancestrale,

consultez dans les Faq / catégorie général / l'article #36

 


-1

 photos 1 à 12

Le curetage de l'étage est en cours sur ces photos. Le recouvrement des murs, de planchettes de la première moitiée du 20ième siècle, mince et clouée à clous rond,

n'est pas récupérable.

 

En dessous de cette planchettes, des planches plus vielles apparaisent.

Elles seront récupérées en grande partie (à 95%), et feront partie de l'ensemble des matériaux constituants la récupération de la maison.

Elles pourront être réutilisées, lors de la restauration et la remise en valeur future de la maison, pour récrée de la menuiserie d'ambiance ancienne.

 

 


-2

 Sur photo-2

L'étage de la maison seble avoir été utilisé en chambres, à 2 époques différentes. Sur la partie gauche de cette photo-2, serait la plus ville partie, avec 2 chambres et l'emplacement de la première escalier que je décrit au segment-3 (rez-de-chaussée) de ce dossier.

Toute cette section de gauche est à clous carrés, et les murs étaient recouverts de crépi isolant. Le lattis qui retenait ce crépi d'origine des premières 2 chambres à l'étage, était cloué sur un paletrage de larges planches brutes de pin.
Les plafonds étaient de constitués de belles planches rabotées à la main, que l'on voit en photo 4 eet 7 ci-bas.

L'autre section à droite de cette photo-2, est à planches planées sur vieux planeur du début du 20ième siècle (premier quart) et fixées à clous ronds. Aucun crépi dans cette section.

 


-3

 


-4

 


-5

 Photos 5 et 6

Larges planches sur le vieux vert, de la deuxi;me section des chambres de l'étage.

Toutes récupérées intactes à 98%.

 


-6

 

 


-7

 Photo-7, le plafond d'origine des 2 premières chambres de l'étage.

On remarque avec l'effet de la lumière, les marques du rabotage à la main.

Clouées à clous tranchés (clous dit : carrés) du 19ième.

Toutes récupérées intactes à 98%.

 


-8

 Photo-8, voici la planche brute qui retenait le crépi des 2 première chambres de l'étage.

L'endos de ces planches, sans marques de lattis et chaux de crépi, présente de belle planches de pin avec une patine très foncé de vieillissement.

 


 

(On peut voir en exemple sur ce dossier, la finition d'une entrée de cave, utilisant des planches semblables, légèrement sablée pour enlever le trop rugueux tout en conservant la coloration de la patine ancienne)

 
Photo exemple

Exemple d'utilisation de planches anciennes brutes, pour de la finition d'époque.

 


 

 

 


-9

 

-10

 L'escalier qui menait au grenier, a été récupéré.

 


-11

 

 


-12

 Le curetage de l'étage achève sur cette photo 12.

 

 


 

 

Le curetage de l'étage au complet est terminé,

examen et description de cette belle charpente de toit,

du dernier quart du 19iéme siècle.

 

Charpente de toit, taillée avec une belle ptécision de charpentier d'expérience.

 


-13

Photos 13-14-15, les assemblages des entraits aux chevrons, sont à mi-bois, chevillés par des chevilles de frêne noir.

 

 


-14

On voit passer sur cette photo-14, la perchaude (contreventement oblique) qui s'assemble aux chevrons à mi-bois.

 

 


-15

assemblage d'un entrait avec son chevron, à mi-bois.

 


-16

l'étage est rendu vaste, comme le grenier d'autrefois avant l'apparition des chambres.

On voit le plancher de madriers épais de pin, qui forme le plafond du r.d.c.

 


-17

Sur cette photo 17. on voit le haut des murs de pièces qui dépassent le plancher de l'étage de 21 pouces,

ensuite les énormes poutres qui ceinturent le haut de ces murs : Les Sablières

Viennent s'asseoir sur les sablières, la charpente de toit.

Le galbe du retroussement du bas des versants de toit,  est donné par les coyaux, fixés SUR le bas des  chevrons.

Le contreventement oblique (la perchaude) garde le tout en équilibre.

 


-18

 Une vue de la sablière, et des bouts supérieure de la planche de recouvrement d'origine des murs exeérieurs.

On voit dans le fond les avants-toits (les soffites de bois), formés par le retroussement néoclassique typique de cette époque de 1870.

 


-19

Une autre vue ici d"une sablière assise sur le carré de pièces, avec son poteau vertical. Un chevron et son coyau assis sur la sablière.

 

 


-20

 Cette cicatrice au fâite, montre l'emplacement de la première cheminée de brique de la maison.

Les planches noircies témoignent.

La cheminée actuelle date des années 1950 approx.

 


-21

Belle teinte viellie des éléments de base de toiture, rougis par la chaleur intense des mois d'été qui surchauffe le grenier.

 

 


-22

 

 


-23

Voici la cathédrale.

 


-24

 

 


-25

 

 


-26

Le plancher de madriers.

 


-27

 

 


-28

 

 


-29

 Tout ceci va être remis en valeur lors du futur remontage de la maison.

 


-30

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 182 invités et aucun membre en ligne