La section Maisons-Archives du site ... une banque phénoménale d'informations sur le patrimoine bâti Québécois !

:)

 

Segment-1 = Description historique de la maison, et début des travaux : curetage à l'étage.

Segment-2 = Suite des travaux : curetage au rez de chaussée, et analyse du carré de pièce sur pièce.

Segment-3 = Début du curetage des murs extérieurs de la maison.

Segment-4 = Récupération des planches de toit d'origine de la maison et vision du structurel de base de la maison.

Segment-5 = Démontage final du structurel de la maison, analyse de certains éléments et une autre vision des murs en pièce sur pièce.

Segment-6 = Plan de dimensions, entreposage de la maison, documents de recherches historiques de la maison par Michèle Forest.

 


Dans ce segment-4, du dossier de la maison Michel Bergeron, nous verrons la récupération des planches d'origine de la construction du toit.


Ces planches sont numérotées et récupérées avec  minuties, pour les réinstaller de nouveau, lors du futur remontage et remise en valeur  de la maison.

 

La charpente de toit, va nous apparaître aux photos : 80 à 84

 

 


 

Le démontage et la récupération des planches de toit.

 

 

 -65

 

 

 

 

 -66

 

Sur photo-66

On voit les divers recouvrements de toit, qu'il faut enlever sur la planche de toit, pour pouvoir la récupérer.

 

Dans le bas des versants, le vieux bardeau de cèdre de près de 200 ans, on verra aux photos suivantes 76 et 77 que ce bardeau de bois n'est peut être pas d'origine du recouvrement du toit, mais une deuxième vie de bardeau ???

 

Par la suite 2 recouvrements de bardeaux d'asphalte (noir et vert) et contreplaqué, ont été ajoutés au toit.

 

 

 -67

 

 La charpente de toit commence à apparaître dans le haut du versant de toit, lorsqu'on récupère la première section de planches du toit.

 

 

 -68

 

 



 

 

 

 -69

 

Sur photo-69 la première section de planches du toit s'enlève.

 

 

 -70

 

Les petits tags de métal blanc, cloués sur les planches, constituent le numérotage des planches.

 

 

-70a

 

 


 

 

 

 -71

 

 Comme on peut le voir sur photo-71, les planches de toit, mises à la verticale sur les pannes de la charpente du toit,

sont en deux sections :

une section en haut et l'autre en bas. Le joint des 2 rang de planches se fait sur la panne au centre de la photo-71.

 

Voyez les 2 autres photos 72-73 ,,,

 

-72

 

Sur photo-72, on voit que ce joint de planches se fait en superposition, avec les bouts des planches amincies manuellement en bixeau, à la hache et à la plane.

 

Ce type de superposition en bizeau, rend plus étanche la  toiture si le bardeau de cèdre coule.

 

-73

  On voit sur la photo 73, cet amincissement des bouts des planches, pour se superposer une sur l'autre.

 

 


 

 

 

 

 

 -74

 

 Sur les photos 74 et 75, on voit que les planches sont entreposées à l'abri de la pluie en "bundle" toilés et "strappés" de bandes de métal, pour le transport.

 

Plusieurs bardeaux de cèdre de 200 ans, des restant de bardeau d'asphalte, et les clous forgés d'origine sont demeurés sur les planches.

Ce sera au client acquéreur de la maison, de faire le décloutage et nettoyage de ces matériaux, avant la réinstallation.

 

Les planches sont donc mises en bundle, telle que récupérées.

 

Les planches verticales murales des murs sont également récupérées, comme je l'ai déjè expliquer dans d'autres dossier, elles vont servir à compléter le remontage du pontage ancien du toit, lors du remontage de la maison.

 

 

 -75

 

 

 


 

 

 

 -76

 

 Ici sur photos 76 et 77, nous montrent des photos du bardeau de cèdre (ou de pin ??) du bas des versants de toit.

Très ancien, très usé, bardeaux chamfreinés sur l'arête de glissement d'eau.

 

Ces bardeaux sont cloués avec des clous carrés très difformes et certains clous forgés.

Ils peuvent être de l'origine de la construction de la maison à la fin du 18ième siècle, ou ce peut être un 2ième recouvrement de bardeaux de bois, ou le premier recouvrement de bardeaux si la maison est de construction du début du 19ième siècle vers les 1810, peut être ??? je ne sais pas.

 

Mais bref c'est très vieux.

 

Plusieurs de ces bardeaux sont demeurés sur les planches, pour une probable récupération de certains de la part de l'acquéreur, pour peut être les remettre en valeur à quelque part dans la maisons pour l'interprétation d'artéfact treès ancien de la maison.

 

 

 -77

 On voit sur photo 77, à quel point le bord de planches de toit larmier de la maison à son origine, s'est usé avec les pluies et les hivers.

Je peux mettre à l'oeil, à cette usure une période de 15-20 ans de vie sur cette apparence.

 Par la suite la toiture avec larmier galbé à la Québécoise est apparue.

 

 

 


 

 

 

 -78

  cette photo 78 montre un amas d'avoine qui est tombé par terre, prisonnière à l'arrière des planches verticale de murs, du coin de maison arrière gauche.

 

Cette vieille avoine est une preuve qu'un bonne partie de l'étage de la maison, à l'origine de la maison, a servi de grenier pour l'entreposage des grains, victuailles et autres articles comme métier à tisser.

 

J'ramassé dans une poche cette semance d'avoine. Quelquefois des jeunes me dmandent de ramasser telles vieux grains, qu'ils veulent essyer de refaire germer pour retrouver les types de céréales anciennes. Avis à ces jeunes louves et loups découvreurs que j'en ai une "batch" pour vous autres.

 

Voir entre autres, ce lien sur le site, photo 78 et texte.

 

 



 

La charpente de toit nous apparaît ainsi que le carré des murs en pièce surt pièce, à la fin des travaux de récupération des planches d'origine du toit et des murs.

 

  Splendide carré de maison, avec murs en pièce sur pièce de gros volume, comme on a pu le constater dans le segment-2.

 

 

 -80

 Photo-80, le mur arrière.

à gauche de photo, une ancienne fenêtre a été transformée en porte, et à droite une ancienne fenêtre a été agrandie légèrement.

Facilement réparable lors du remontage.


Sur photo 80a, ci-bas, en graphique jaune, voici les ouvertures d'origine de l'arrière de la maison.

 

-80a

 

 

 

 -81

 Sur photo-81, le mur pignon Droit, ouvertures d'origine toujours à leur place.

 

 

 -82

 Photo-82, le mur Façade.

à gauche de photo, il y avait 2 fenêtres, elles ont été rassemblées pour mettre une vitrine moderne en 1980

Facilement réparable lors du remontage.

 

Au centre du mur une grande ouverture a été taillé probablement dans le 19ième siècle, pour mettre une grande porte avec fenêtres latérale,

(un peu comme la porte ancienne qui existe encore sur la maison Laquerre de Bécancour, regardez la dernière photo de la page de ce lien.)

À la restauration de la maison, ce type de large porte pourrait être envisageable, ou refaire les ouvertures d'origine de cette façade.

Ce sera à discuter avec le client acquéreur.

 


Sur photo 82a, ci-bas, en graphique jaune, voici les ouvertures d'origine de la façade de la maison.

 

 

-82a

 

 

 

 

 -83

 

 

 

 -84

 

Photo-84, le mur pignon gauche.

la fenêtre à droite de la photo a été agrandie pour une vitrine moderne en 1980

 

Facilement réparable lors du remontage.

 

Sur photo 84a, ci-bas, en graphique jaune, voici les ouvertures d'origine de ce mur gauche (Ouest). 

 

-84a

 

 

 


 

 

 

 -85

 

Voici quelques photo de plus près qui nous montre la grosseur volumineuse des pièces de murs, et quelques numérotages anciens qui sont gravés à plusieurs endroits sur le carré des murs.

 

J'ai déjà expliquer sur le site ces numérotages anciens, entre autre la maison Petitclerc photo 130, et plusieurs autres endroits sur le site.

 

Le pièce sur pièce apparait scié à l'extérieur et écarri à la hache à l'intérieur.

 

J'ai déjà expliquer sur le site, la façon ancienne de faire ces pièces.

 

 

 

 -86

 

 

 

 

 -87

 

 

 

 

 -88

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 1299 invités et un membre en ligne