Faq : Les Travaux EXTÉRIEURS

Pour des suggestions de paramètres d'équilibre architectural traditionnel, lors de la construction (menuisage) d'une lucarne :

Consultez également : Faq  / extérieur  /  article #30, Les paramètres pour bien calibrer.... etc

 



 

Allo Michel!

 

On se fait faire des soumissions en ce moment par des couvreurs pour la pose de notre tôle et on se fait conseiller toutes sortes de choses et ils se contredisent tous... Pas facile d'avoir l'heure juste! Alors on aimerait avoir ton avis et ton expérience sur sur deux points...

 

D'abord certains nous disent que c'est ok d'installer de la tôle 28 gage sur des lattes aux 16 pouces alors que d'autre nous disent qu'on devrait mettre de la 26 gage pour éviter que la tôle courbe entre les lattes avec le temps...

 

Sur ta maison tu as bien posé de la Vicwest directement sur les lattes? Tes lattes étaient aux 16 po? Et visiblement ta tôle est encore bien droite? Te rappelles-tu quel profil de tôle tu as (Ultravic ou Supervic) et le gage! Hummmm ce sont de vieux souvenirs que je te demande d'aller chercher là hein! Enfin, que penses-tu de tout ça?

 

Aussi, on nous suggère de remplacer la latte par du contre-plaqué dans les noues principales (notre maison est en L) et dans les noues des lucarnes et de mettre de la membrane par dessus ce contre plaqué. Tout ça pour se protéger contre d'éventuelles infiltrations d'eau sous l'effet du gel et du dégel de la glace qui se trouverait sous de la neige possiblement accumulée à ces endroits... Qu'en penses-tu?

 

Merci pour tes conseils!

 

 

 

 

Je crois que mes lattes de 1 x 4 en bois brut ne sont pas aux 16 pouces mais plutôt aux 2 pieds.

 

Pour le "gage" (l'épaisseur) de la tôle, j'ai pris plus épais que normal, ça doit être du 26.

 

Effectivement vis à vis les noues principales ça prend de la surface solide plus large et membrane.
Les noues de métal sous la tôle doivent être larges et remonter loin sous la tôle pour être certain de ramasser l'eau si de la glace s'installe dans la noue et pousse l'eau loin sous la tôle.

Aujourd'hui ils font en usine avec la commande de tôle, les noues et les solins de paroi appropriés pour ta pente de toit.

 

Aussi la tôle qui va embarquer sur cette noue, idéalement mettre à l'extrémité de la noue de métal un bon joint de flextra sur la noue, sur lequel la tôle de toiture va se coller, pour être certain que si de l'eau ou glace se rend là, qu'elle ne puisse aller plus loin.

 

Si dans le joint de noues, les 2 tôles qui se rencontrent laisse paraître (comme ça devrait être) le fond de la noue de quelques pouces,
c'est mieux de faire cette partie centrale de la noue en angle légèrement ouverte en entonnoir inversée vers le bas.

La glace ou neige qui se logera dans ce coin de noue va mieux descendre.
C'est ce qu'on fait en tout cas sur des joints de noues métalliques, lors de recouvrement de bardeaux de bois.

 

Nous sommes dans un monde concurentiel dans la construction, et chaque entrepreneur ou vendeur de tôle, a sa petite idée de comment faire ces divers joints et tous veulent ton contrat ...

Idéalement essaie de te trouver un entrepreneur qui installe souvent de la tôle sur des toitures.
Demande des références de 2 ou 3 toitures qu"il a fait, et va vérifier si les clients sont satisfaits.

C'est la meilleure référence que tu peux avoir. Cet entrepreneur, s'il se classifie à ton enquête, a probablement les meilleures solutions à te conseiller.

 

-1

 

-2

Sur photos 1 à 7, le type de tôle de ce recouvrement de toit, est de la tôle pré-peinte,

de marque Vic-West (usine de Victoriaville), catégorie : de la Super-Vic, épaisseur 26.

couleur gris pâle, plus efficace pour réduire l'effet de serre chaude sur le toit (repousser "les soleils chauds")

que le tôles peintes plus foncées, comme charcoal, noire etc.

 

 

 

-3

Vision de plus près de la Super-Vic, vis apparentes, bon rendement pour la qualité prix.

 

Les autres tôles plus dispendieuses vont se situer dans les régistres des tôles de ferblantiers ou de reproduction industrielles,

de modèles de tôles anciennes, soient : pincées, à baguettes, ou à la canadienne.

Certains articles dans la section Archives du site, montrent des réalisation avec ces tôles.

 

Entre autres :

Maison Gauthier, photo 154

Maison Rose Lamothe, segment 10

Etc.

 

-4

 Photo 4, dénominations des 2 types de solins

#1 Noues de lucarnes

#2 et #3 Solins de parois

 

 

-5

#4 = ici recouvrement des côtés de la lucarnes en planches traditionnelles.

Pour éviter que la base des ces planches ne pourrissent prématurément, par contact avec le solin de paroi (par capilarité),

laissez comme la flèche rouge au #5, un espace de 1.5 pouces ou +, entre la tôle du solin et la base des planches.

ET laissez ventiler sous ces planches de parois des côtés de la lucarne

 

La ligne Jaune en pointillé indique, jusqu'ou le solin de paroi remonte derrière la planche de finition pour une bonne étanchéité du solin de paroi.

 

 

 

-6

Photo#6 = une autre vue plus rapproché des 2 types de solins.

On remarque que la base de la noue embarque LOIN sur le solin de paroi, pour rejeter l'eau d'écoulement du haut de la noue,

le plus loin possible des parois des côtés de la lucarne.

 

 

 

-7

 C'est très beau des écouilleaux sur le bout des faîtes de toit.

Ça donne une certaine légèreté, une féminité à la lucarne.

 

Ces écouilleaux ne sont qu'un jeu de pliage d'un bout de 8-10 pouces de long,

d'une tôle faitière, par la suite vissé sur le bout du faîte.

 


 

Voici d'autres dénominations (termes) d'éléments de toitures de plus "haute gamme" que les photos précédentes de tôle conventionnelle pré-peinte.
Ici recouvrement de toit en ouvrage de ferblanterie de type "tôle pincée".

Tout va avec le budget ...

 

Photos provenant du dossier de la maison Gauthier / segment-7

 

-8

Sur photo-8

 

1 = "Moulure de départ" du recouvrement de la toiture en tôle,
aussi appelé en anglicisme sur les chantiers,  le "flashing" de départ.

 

2 = revêtement du pignon en bardeaux de bois.

 

3 = Soffite du dessous du débordement latéral du toit, ici fait en bois.

 

4 = Faîte, ou moulure de faîte, ou chapeau de faîte, de type ventilé (à ventilation, pour faire ventiler la chambre d'air qui circule SOUS la tôle, par dessus l'isolation, voir explication dans les premiers segments de ce dossier Gauthier).

 

5 = Fausse cheminée, construite en contreplaqué et recouverte d'un parement de tôle dite à la canadienne.
Cette "boîte" de cheminée cache une cheminée préfabriqué pour combustion lente, que l'on voit dans le haut de la photo.

Technique d'allure plus "traditionnel", pour cacher ces "laideurs" de cheminée pré=fab,
qui défigurent tellement les toitures de maison anciennes traditionnelles.

Ce type de cheminée "capée" de métal se voyait beaucoup du 19ème et début 20 ème siècle sur les maisons plus cossues.

 

6 = La boîte de cheminée, est de plus ornementée à sa tête, d'une corniche en tôle plié, pour compléter la beauté de l'ouvrage de ferblanterie du toit.

 

 

-9

Sur photo-9 (travaux de finition de la lucarne non complété lors de la prise de photos)

 

1 = Autre assemblage de ferblanterie de NOUE, sur ce type de recouvrement de toit, de tôle pincée comme au 19ème siècle,
ouvrage de ferblanterie.

 

2 = Solin de paroir de ce type de recouvrement de gamme de tôle.

 

3 = Parois latérales de la lucarne recouvertes de tôle à la canadienne comme les cheminée.

 

4 = Le fâite ventilé.

 

Ferblanterie réalisé par Jean-François Éthier

450 598-4919
514 887-1770

7940 rang st Vincent  Mirabel J7N 2T6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 134 invités et aucun membre en ligne