Faq : Informations GÉNÉRALES

 

 

Si certains liens vous amène sur des page VIDES,

c'est que l'abonnement au site est nécessaire pour les visionner,

il en va de la survie du site ...   Merci de m'appuyer !

 


 

En "voyageant" dans les dossiers de la section Maisons-Archives

vous allez voir plusieurs exemples de COYAUX.

 

Ces pièces de bois retroussent avec élégance, les bas des versants de toit des maison anciennes,

pour nous donner la version architecturale de la maison Québécoise

typique de la "période Néoclassique" du 19ième siècle.

 

 


 

-1

Photo-1 = Voici une images qui montrent les coyaux de la maison "Bourque" de Ste-Angèle de Laval, récupérée en 2020. En consultant le segment-6 de ce dossier, vous allez avoir plus d'explications sur cette pièce de bois qui donne les beaux toits retroussés de nos maisons patrimoniales, phénomène unique au monde.

Photo-1 = Le coyau, ici de facture "sciée" , est fixé en long SUR les chevrons du toit, soutenu sur la sablière par une jambette et arcbouté sur la face extérieure de la sablière, par un blochet (assis sur le bout du blochet).

 

-2

Photo-2 = Les coyaux, sont enlevés des chevrons on retrouve la pente de toit des chevrons "pentue" dit à la Française (régime farnçais).

 


En voici des exemples, sur des dossiers de la section Maisons-Archives du site,

qui présentent des coyaux.

 

dossier #18 Normandin    seg-5              photo 82 à 85, coyaux de toit en cèdre arondis


 

dossier #26 Chartier         seg-3              photo 53 à 55, petits coyaux Français sur sablière qui retroussé la dernière planche du bas du toit

 

Faq / general / article # 109 / photo 11 / maison de la côte du sud, casse jambe, charpente de toit complexe, ciment sur sablière bas de planches, petit coyau dans sablière comme maison le dossier #12     Blais /seg-2 /photo 35-39


 

dossier#11 Couture        seg-13                    photos 31-A,B,C, qui monbtre le fournil de Bruno Grégoire avec les mentions de coyaux, d’avants-toits, tenon de solive central, ventilation du toit, et exemple de la ventilation de l’avant toit sur la grande maison

 

 

dossier #27 Tousignant, segment-7,

Pour les coyaux de soutainement des larmiers français,

et la bande soffite pour ventilation, photos 132-133-134

et ll’aspenite à mettre sur les murs de pièces

 


 Les toitures à 4 versants des 17-18 ièmes siècles, petits coyaux de retroussement

Exemple :

dossier #12 Blais              seg-2              photo 35-39, et textes explicatifs élaborés avec graphiques,
coyaux incorporés aux sablières des toitures à 4 versants, de type maison Normandes.

alt

alt

alt

alt

 



 

L'adaptation des formes de toitures des maisons plus anciennes du 18ème siècle

aux nouvelles tendances (modes) du retroussement des larmiers, au 19ème (vers 1820).

 

dossier #63 Rose Lamothe, segment-2

Voici un exemple de coyaux qui ont été ajoutés par dessus un ancien toit pentu Français du 18ème siècle
lorsque la mode  Néoclassique du début du 19ème siècle est venue transformer l'apparence architecturale
des plus vielles maison, pour leur donner le larmier retroussé "de la mode du jour".

 

-3

 

-3a

 

-4

 Sur photos 3 à 5. on voit :

le vieux toit pentu Français à pente raide, recouvert de son vieux bardeau de cèdre demeuré sur le bas du versant de toit,

lorsqu'on a installé au 19 ème les coyaux...

(faits ici de troncs d'arbres de cèdre, courber davantage à la hache)

... pour galber les avants toit à la mode Néoclassique de la maison dite Québécoise.

 -5

 Sur la photo-23, on voit les énormes COYAUX de cèdre,

arrondis à la hache, et déposés sur l"ancien toit Français,

pour donner le galbe retroussé typique des avants-toits de la période Néoclassique du 19ième siècle.


Autre exemple :

La deuxième maison "d'origine acadienne Prince",
du complexe des 2 maisons "collées-remontées" ensemble : Martel-Béliveau.

 

Cette pièce de bois recourbée, qui donne le beau larmier galbé des avants-toit des maisons dites "Québécoise" ;
maisons qui se sont adaptées sur 2 siècles, au "chatouilleux" climat nordique du Québec.


Le coyau est scié en “douce courbure” dans du gros bois brut "de croûte" (ou populairement appelè "bois de cosse") ;
ou taillé-sculpté à la hache dans un tronc d’arbre, souvent de cèdre déjà courbé.


" L'acoyau", pièce de bois importante et innovante ... ré-inventée sur de gros et longs recourbements,
surtout pendant le courant des modes Néoclassiques du19ième siècle,
pour le rejet des eaux et des glaces hors des murs du bâtiment ...



 

Ce phénomène d'ajout de coyaux sur les vielles toitures en bardeaux de cèdre de toits pentus du 18ième siècle, 
vous allez également le constater, "entre autres sur le site", dans les dossiers des maisons :

Gauthier,  de Yamachiche

Désilets, de St-Grégoire

Martel Béliveau, photos 6-7

Leblanc, photos 39 à 47

 

Etc. il y a d'autre exemples de dossier de maisons dans la section Maisons-Archives

 

Une vielle dame que j'ai déjà croiser en campagne me disait,

en parlant de la beauté des toits courbés des maisons Québécoises :

 

Ahhh ! le bel "acoyau" !

 

 

 

Qui est en ligne?

Nous avons 403 invités et 2 inscrits en ligne